Trésors Triyannesques exhumés grâce à YouTube: l’époque « Superbreizh » et « Vol 007 pour Ploupensec en Kersauce »!

  YouTube est parfois une véritable caverne d’Ali Baba. On peut y trouver des traces vidéos d’événements dont on n’aurait jamais cru qu’il soit possible de voir des images! La preuve, avec ces vidéos que j’ai dénichées le 7 août dernier, et qui valent leur pesant d’or… Un utilisateur YouTube a mis en ligne trois vidéos de 30 minutes chacune, enregistrées au caméscope lors d’un concert de Tri Yann à La Bernerie en Retz (Loire-Atlantique) le… 20 juillet 1991!Langue Ces vidéos sont presque aussi vieilles que moi! La qualité de l’image est médiocre, mais toutefois correcte étant donné son âge avancé, et le son est bon. Regarder ces pépites a été un régal…

  En effet, les concerts de Tri Yann d’il y a vingt ans étaient très différents de ceux d’aujourd’hui. Et pourtant… Les concerts actuels avec costumes et contes déjantés sont – je peux le dire après avoir visionné ce film qui équivaut aux trois quarts d’un concert – dans la continuité assez logique de cette époque…

  Les concerts de cette période (de 1991 à 1994 à peu près) ont fortement marqué les esprits. C’était comme une fusion de différents types de spectacles: à la croisée du concert « normal », du one-man-show, du cabaret et du spectacle de cirque! Tout un programme! Et c’était aussi la grande époque du fameux Superbreizh et du sketch délirant Vol 007 pour Ploupensec en Kersauce! D’ailleurs, c’était plus qu’un conte isolé, sur un thème précis, comme Jean-Louis Jossic en crée aujourd’hui pour les concerts: c’était une véritable histoire à tiroirs, bien construite, qui formait la trame d’un concert entier!

  Voici les vidéos concernées. Je donne quelques explications juste après (pour le plaisir), sans tout déflorer non plus…

   Image de prévisualisation YouTube

  Partie 1

   Image de prévisualisation YouTube

  Partie 2

   Image de prévisualisation YouTube

  Partie 3 (dernière partie)

  Quelques éléments de ce concert si particulier:

  – Tout le groupe débarque costumé au début du concert. Loumi Séveno (le violoniste qui a précédé Christophe Peloil) est travesti en hôtesse de l’air (!), Jean-Louis Jossic et Jean Chocun ont endossé un uniforme de pilote, Jean-Paul Corbineau est une sorte d’Indiana Jones, Jean-Luc Chevalier porte une djellabah et une espèce de keffieh, etc… Jean-Louis est le pilote-en-chef du concert bien sûr, comme toujours, mais est également pilote, dans le fameux Vol 007 pour Ploupensec en Kersauce, du Tupolec, un vieux coucou tout pourri de la Bigoud Airways (un balai fait office de manettes…). Après avoir donné en début de concert une série de consignes, toutes plus incongrues et fantaisistes les unes que les autres aux passagers-spectateurs, le concert, il choisit deux spectateurs et les fait monter sur scène pour tourner les hélices.

  – Après cette intro, le concert, construit autour du sketch, peut commencer. Le spectacle donne l’occasion d’entendre des classiques, mais également un bon nombre de raretés, issues des albums Belle et Rebelle, qui à l’époque venait de sortir (Gwerz Jorj Courtois, Sur la fosse au boulot, Le tourdion des manants, Korydwen et le Rouge de Kenholl…), Le Vaisseau de pierre (With a bing tow row-row, Kan Bale ar re Varo…) ou encore de La découverte ou l’ignorance (Kiss the children for me Mary).

  – Vers le milieu du concert, au cours d’un passage très comique du sketch, le Tupolec se crashe dans le Désert de la Ruhr.

  – Après l’entracte, Superbreizh, caricature hilarante de super-héros, peut intervenir pour sauver l’équipage du Tupolec! C’est Jean-Louis, vêtu d’un justaucorps noir, d’un chapeau haut de forme et d’une grande cape rouge BZH qui incarne Superbreizh. Et à ce stade du concert, la folie du déguisement gagne le groupe, qui fait participer le public à un véritable jeu de rôles. Les Tri Yann vont choisir des spectateurs dans le public et les déguisent pour les faire participer, leur faisant incarner toute une galerie de personnages et de héros insolites, plus loufoques les uns que les autres. Ces héros vont accompagner Superbreizh (à qui il arrive des aventures délirantes à la pelle!) dans une grande quête initiatique. Superbreizh est chargé par le druide Ariel, incarné par Loumi et vêtu d’une robe d’un blanc éclatant (!) de délivrer sa fille la Fée Soupline (vive les références de lessive!emoticone). Cette ordre de mission est le point de départ de la quête, où divers héros improbables se croisent et s’entrecroisent… Quelques exemples…

   – 1: Loumi, après avoir été hôtesse de l’air et druide, devient Rambo, qui essaiera de pacifier le monde et de résoudre la mission avec la méthode diplomatique dite « Méthode de l’Oncle Sam », c’est-à-dire… en canardant à tout-va avec une mitrailleuse!!!

   – 2: Jean incarne un Merlin quelque peu inhabituel, qui picole et fume des joints, tout en proclamant les lois de la mission dites « Règlement du Jeu à la Con » écrites… sur un Petit-Beurre… tout ceci avant de tomber en coma éthylique!Argent

  – 3: Nous croisons également Indiana Jones (Jean-Paul), ainsi que des héros improbables comme Fanch Micron, Helmut Lovenbraü (engoncé dans… une fausse canette de bière!), Mikhaïl Perestroïko, ou encore Crassie Maggie (« Une sorcière saxonne et sexy! »). Ces héros sont tous incarnés par des spectateurs choisis dans le public et déguisés par Jean-Louis.

  – 4: Tout ce petit monde tentera à tour de rôle d’arracher le couteau du Fromage de la Table Ronde. Celui qui parviendra à enlever la tartinette du Fromage délivrera la Fée Soupline et l’équipage du Tupolec. C’est Superbreizh qui remporte l’épreuve. Tout est bien qui finit bien!

  – Outre ce grand spectacle vivant, démontrant une très bonne communication entre Tri Yann et son public et un véritable décloisonnement, on remarque tout au long du conte des références, parfois très subtiles, à l’actualité de l’époque (Guerre du Golfe, Guerre Froide…). Par exemple, la première mission que Merlin confie à Superbreizh est d’aller jeter au Pays de l’Eternel Automne un jerrican rempli d’un produit qui a rendu les hommes fous… Et pour ce faire, Jean tend à Jean-Louis un bidon sur lequel il est écrit… Pétrole! De même que la présence du persge de Rambo, c’est un pied-de-nez ironique évident à la Guerre du Golfe…

  – La Guerre Froide est également évoquée par le biais de personnages comme Mikhaïl Perestroïko, ou par une référence au Mur de Berlin (rebaptisé en l’occurrence « Mur de Merlin »).

  – Le légendaire celtique n’est bien sûr pas en reste: le Fromage de la Table Ronde et son couteau font évidemment penser à Excalibur et la Table Ronde!

  J’en oublie sans doute, mais de toute façon je ne vais pas tout dévoiler…

  Les concerts de Tri Yann d’il y a vingt ans présentent une formule qui sera, dans le futur, savamment condensée dans les contes et les costumes: un amalgamme entre plusieurs types de spectacles et déjantement, second degré, clins d’oeil à l’actualité contemporaine, et références aux légendes celtiques. Assurément, ces concerts avec Superbreizh n’étaient pas tristes, loin de là!!! Tout ceci mérite donc un détour. Regardez ces petites pépites YouTube, régalez-vous avec ces images rares! Peut-être que cela rappellera des souvenirs à certains…

  Bon visionnage!



1 commentaire

  1. Lucile 21 avril

    En attendant un autre live (soupirs) je me perds en visionnage de vidéos, et je re découvre, avec toujours autant d’émerveillement face à cette folie assumée et ce grand délire musicalo-théâtro-cabaret-sketch, ce concert de la glorieuse période de Super Breizh! J’aurais adoré y assister! Merlin ne saurait pas fabriquer une machine à remonter le temps par hasard? (cela étant, les concerts actuels aussi valent leur pesant de soleil)

Laisser un commentaire

Groupe Div'Har |
Gospel Motion......... |
sean't production |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Vie de musique et de paroles
| ELITE 1
| sandrineramirezvoice