Nuage triyannesque…

    Ca y est, il est arrivé… Enfin j’ai acheté aujourd’hui le nouveau DVD et le CD live des 40 ans de Tri Yann!!!! :) Les Fnacs et grandes surfaces n’étaient toujours pas livrées et n’étaient pas en mesure de nous dire quand ils recevraient leur stock. Mais chez Coop Breizh (distributeur du live), Rue du Port à Lorient, ils ont reçu leurs stocks aujourd’hui même!!! Je peux dire que je suis la première de tout Lorient à l’avoir acheté, puisque la vendeuse a ouvert le carton qu’elle venait de recevoir exprès pour moi! :) Me voilà enfin avec le DVD et le double CD Le concert des 40 ans enfin en mains… Trop heureuse!!!! :) :) :) Je viens de visionner le DVD en famille, bien au chaud et au sec, avec le chat sur les genoux: le DVD comprend le concert pluvieux et heureux de Lorient et le doc bonus promis. Un seul mot me vient après cette re-découverte au sec: wouuuuuuuaaaaaaaaaaaaaaaooooooooooh!!! :)

   Plus de détails en temps voulu, lorsque je serai redescendue de mon nuage triyannesque… :)



Tri Yann, info importante: léger retard de sortie du live et liste des titres

 IMPORTANT: Info transmise ce matin par Eric Doll, webmaster du site officiel de Tri Yann. La sortie du DVD connaîtra un retard de quelques jours en raison d’un retard de fabrication. Pas de date précisée, mais la sortie semble être plus plausible entre le 23 et le 25 avril. Depuis 3 jours, la Fnac avait soudainement annoncé une sortie le 23 avril, avec par conséquent report d’expédition des commandes. D’après l’info transmise par le groupe et d’après ce que marquent des sites tels que la Fnac, la date du 23 semble la plus probable… Comme l’a si bien dit Eric en conclusion de son message, et il a raison: ça fait plus de dix ans qu’on attendait un nouveau live (un live anniversaire, s’entend, car il y avait eu le DVD des Racines du futur en 2004), donc on n’est plus à quelques jours près… C’est vrai, mais c’est quand même de plus en plus dur d’attendre, surtout pour ceux qui, comme moi, étaient à Lorient et attendent depuis des semaines de revivre ce concert au-delà des mots… :) (et la plus fidèle des lectrices de mon blog souscrira à ce que je dis… :) )

    MAIS heureusement, Coop Breizh (qui distribue le live) vient d’ajouter le CD et le packaging à sa page Nouveautés (pas encore le DVD, si j’ai bien compris c’est principalement le DVD qui pose problème…)! :) Et en cliquant sur la couverture, on peut en voir le dos, avec donc la track-list!!! :) Je suis ravie: moi qui étais à Lorient, j’affirme que nous allons avoir droit à l’intégralité du concert, à l’exception des contes et des « bis » de Bonnie Mary et de Je m’en vas (qui ont été joués 2 fois)! :) Le premier CD contiendra 13 titres, le second 11 (dont, sur ce dernier, un solo du Bagad Brieg). Le contenu du DVD sera identique, il y aura juste en plus dans le concert le conte de Marion du Faouët ( :) Yes! ), et bien sûr, en bonus, le reportage de 26 minutes. Durée totale du concert: 1 h 54 min environ. Pour vous aider à patienter (ou vous faire saliver encore plus, c’est selon… :) ), je vous mets d’ores et déjà la track-list du double CD (qui, c’est rigolo, est sous-titré, dans sa version CD seul, « Chantons sous la pluie » :) ). Voici!

CD 1

1. Na I ri o

2. Chanson du Baleinier François Le Billant

3. J’ai croisé les Néréides

4. Johnny Monfarleau

5. Chanson de Pelot d’Hennebont :)

6. Princes qu’en mains tenez :)

7. Fransozig

8. Si mort à mors

9. Le retour de la croisade

10. Complainte de Marion du Faouët

11. Gavotten ar seizh

12. Song for Ye Jacobites

13. Le chasseur de temps

CD 2

1. Divent an dour

2. Salsa du Doron (solo du Bagad Brieg)

3. Kan ar Kann

4. Lamentations sur Saint-Aubin-du-Cormier

5. The Eyes of my Bonnie Mary (avec Jimme O’Neill)

6. Tir fo tonn

7. Le loup, le renard, la jument de Michao etc…

8. Dans les prisons de Nantes

9. Pour faire de bonnes crespes

10. Glen glas

11. Je m’en vas

:)

    Croisons très fort les doigts à présent pour que cette belle pochette surprise nous arrive bien en début de semaine prochaine, et qu’il n’y ait pas ENCORE du retard pour raisons X-Y, parce que là ça ferait beaucoup…

    Voici le lien Coop Breizh: http://www.coop-breizh.fr/ecouter-2/musiques-2/les-grands-noms-512/dvd-double-cd-tri-yann-concert-40-ans-4339/zoom-fr.htm

    Après toutes ces attentes et difficultés, nous n’en savourerons qu’encore mieux ce live… :)

    Nous autres, valeureux Tryanautes qui sommes restés au pied de la Sainte Scène des heures durant contre vents et averses, à braver les éléments au nom du bonheur musical, nous l’aurons mérité, notre CD/DVD live!!!!!! :)

    Vivement la semaine prochaine! :) Même si ça signifie aussi la fin des vacances!

   



Tri Yann: Abysses (2007)

Tri Yann: Abysses (2007) dans Artistes abyssescouv

Track-list:

1. Gloire à toi Neptune!

2. La solette et le limandin

3. Bransle des muresnes

4. Dessous la ville de Nantes

5. Loc’hentez Ker Is

6. Dans la lune au fond de l’eau

7. Petite sirène

8. J’ai croisé les Néréides

9. Sonenn ar mor don

10. Gavotten ar seizh

11. Lancastria

12. Tir fo tonn

13. Le sous-marin

14. L’eden des mers

15. Bonus

    Comme il a été attendu, cet album! Comme il a fallu s’armer de patience avant de l’avoir enfin entre les mains! Et comme le résultat a largement été à la hauteur de l’attente!

    Quatre ans après l’odyssée musicale Marines, après l’avoir initialement annoncé en 2005 pour l’année Jules Verne, les Tri Yann livrent enfin le second volet du diptyque consacré à la mer. L’album Abysses paraît le 15 octobre 2007 chez Sony BMG. Si Marines évoquait ce que tout un chacun peut voir sur la mer, Abysses, lui, comme l’indique son titre, met à l’honneur ce qui se passe sous les mers. Le fond des océans est beaucoup plus méconnu, et donc par conséquent plus mystérieux. Alors, l’occasion est donnée au groupe de faire la part belle à l’imagination, et de faire revivre mythes et légendes. Pour certains, disserter sur un tel sujet aurait pu être une véritable gageure. Pas pour les Tri Yann: ils relèvent magnifiquement le défi qu’ils se sont imposé, et même au-delà… Le joyeux équipage nous convie à une plongée sous-marine fantastique, remplie de poésie, de mythologie et de magie. C’est d’ailleurs pour cette plongée dans les abysses profondes qu’ils se sont le plus mouillés. Dans les deux sens du terme…

    En effet, Abysses marque un véritable aboutissement dans la carrière de Tri Yann, car il s’agit du premier album qui ait été composé à 100 %, paroles et musique, par le groupe, sans aucune adjonction de traditionnel le long des 14 morceaux! Rien que pour cet effort, cet opus mérite toute notre considération. Et c’est également le premier album de Tri Yann que j’ai attendu (ndlr: j’ai découvert le groupe peu de temps après la sortie de Marines), il est donc très important pour moi.

    A la rentrée de septembre 2006, nous commençons a être informés par le site officiel de la préparation de l’album. Dès lors, je guette fiévreusement chaque nouvelle info sur l’évolution du projet et l’enregistrement, me délectant à chaque nouvelle « exclu » qui nous parvient. D’abord annoncée pour le premier trimestre 2007, la sortie est reportée à la mi-mai, puis finalement au 15 octobre 2007. Lors d’un concert à Pont-l’Abbé, en juillet 2007, nous avons l’immense privilège d’en entendre deux titres en avant-première. Abysses accoste dans les bacs en deux versions: une version standard, et une édition limitée en livre-disque, tirée à 13 000 exemplaires. Le visuel de l’album, très coloré, a été dessiné par Tangui Jossic, et nous donne un bon aperçu de ce qui nous attend: Neptune dominant l’ensemble, sirènes, poissons et êtres de l’eau étranges, une voiture qui plonge dans l’océan (bizarre…). Trois ou quatre jours après la sortie, à la faveur d’un après-midi de cours un peu moins chargé, je me précipite à la Fnac, où j’acquiers enfin (bien entendu en édition limitée) l’album tant désiré. Sur le chemin du retour du lycée, avec mon papa, nous l’écoutons dans l’autoradio. Et là…

    A la première écoute de l’album Abysses, j’ai éprouvé quelque chose de très très fort, jamais ressenti auparavant pour un autre CD de Tri Yann, et indescriptible à chaud, tellement ça a été fort et profond… Après coup, j’ai trouvé les mots…

    Le fait s’impose d’évidence, et ce dès la première écoute: avec Abysses, les Tri Yann opèrent un retour en fanfare, et ont refusé toute limite à leur créativité! Ce qui fait de cet album un véritable concentré de bonheur, lumineux, coloré et bourré d’innovations, où les arrangements frisent le plus souvent la perfection. Les textes, tout aussi exigeants, chaque mot étant pesé, choisi pour être le plus percutant possible. Les mélodies font elles aussi immanquablement mouche: parfois graves et recueillies jusqu’au sanglot, majestueuses, souvent entraînantes en diable, elles incitent l’auditeur à la sensibilité et à la réflexion autant qu’à la bonne humeur. Du bel ouvrage! Les bruitages d’évocation sous-marine, qui servent de fil rouge, et de transition entre chaque titre, achèvent de nous mettre dans le bain!

    Quelques invités de choix complètent la pochette surprise: le quatuor à cordes Troellen, fidèle au poste; les sonneurs Anthony Masselin (Soldat Louis) et Christophe Morvan (Sonerien Du), ainsi que la section de cuivres MBS (Maïkeul Brass Section) sur le quatorzième et dernier titre L’eden des mers.

    Dès le premier titre, on sent que le pari du groupe est gagné. Car Gloire à toi Neptune!, ode triomphale au Dieu des océans qui inaugure le disque pour en « apaiser le courroux », est un amalgame des plus réussis entre sons traditionnels et nouveaux, où se côtoient, outre les whistles, le mandoloncelle et le violon virevoltant, pour soutenir les voix puissantes des Trois Jean, solides synthés, guitares électriques, et même quelques boucles électro! Tout un programme!

    L’alliage entre esprit traditionnel et orientations résolument modernes se remarquera sur tout l’album, donnant lieu à des ambiances bien différentes les unes des autres. Ce dernier aspect, bien que moins marqué que sur le successeur Rummadoù, n’en est pas négligeable pour autant. Contes, légendes ou histoires vraies se succèderont sur cette trame.

    Ainsi, le second titre, La solette et le limandin, qui s’enchaîne efficacement avec le Bransle des muresnes, sonne délicieusement médiéval et rappellera, pour les connaisseurs, l’album Portraits. Il relate la tragique histoire d’amour entre un limandin et une pauvre petite solette mariée de force au roi des murènes. La courte partie chantée en latin de son entêtant titre-binôme (Bransle des muresnes) s’inscrit dans cette visée médiévale.  Le tout est conjugué avec l’habituelle fantaisie soigneusement mesurée (voire fantasy…) que le groupe affectionne, avec un zeste de magie (« Lors changeant en un sortilège/ En sable roy, marâtre et chimères… »).

    On retrouve également cette réjouissante fantaisie dans les principaux chants à danser de l’album. D’une part, Dessous la ville de Nantes. Ou comment, dessous la ville de Nantes, sous la fontaine de la Place Royale, selon les dires de Jean-Louis en concert :) , se trouve un océan bleu (de curaçao, toujours selon Jean-Louis :) ) et caché, renfermant mille merveilles, des palais et des reines. D’autre part, l’en-dro Dans la lune au fond de l’eau, qui donne une furieuse bougeotte et faisait danser les foules en concert, est un chant de marins gigogne parfois étrange, souvent loufoque.

    L’autre titre à classer dans les chants de marin, même si d’un autre registre, c’est J’ai croisé les Néréides! Cette sublime ballade aux airs d’Irlande, notamment grâce au violon et au low whistle, est interprétée, fait très rare, par Jean au lead vocal. Tel l’aède Orphée avec son Eurydice (d’ailleurs citée entre autres dans la chanson), il rend hommage aux cinquante nymphes marines formant le cortège de Poséidon: Thétis, Surimiide (cette dernière ayant inspiré à Jean-Louis pour introduire ce titre un conte désormais culte et un beau délire sur le surimi :) ), Amphitrite, Néoméris, Crénéis, Eunice, Dynamène, Clymène,… etc. J’ai croisé les Néréides a été, avec Dessous la ville de Nantes, l’un des deux titres joués en avant-première en concert pendant l’été 2007, avant la sortie de l’album. En l’entendant pour la toute première fois, à Pont-l’Abbé, j’ai été envoûtée comme jamais!!! Ce n’est pas seulement moi, mais tout le public qui s’est unanimement épris des Néréides!

    Quand on parle de charme… Le morceau Petite sirène est lui aussi sur le ton de la ballade, mais beaucoup plus léger. Il prend complètement à contre-pied la légende de la sirène, dénigrée depuis l’Antiquité, racontant façon lamentation les déboires tragicomiques d’une malheureuse petite sirène qui souffre de sa condition mi-poisson mi humaine. Elle se « caille par en haut » au fond de l’océan, aimerait avoir du shampooing pour ses cheveux, un petit maillot pour se couvrir (question de pudeur), rêve de goûter à la nourriture humaine, ou encore fantasme sur Johnny Depp et Leonardo DiCaprio. Cette surprenante complainte, dont les paroles sont un peu coquines et crues, est chantée par Jean-Paul sur une superbe mélodie qui s’ouvre sur des ambiances orientales et se poursuit avec le quatuor à cordes. Un titre délectable par bien des côtés!

    Le troisième thème « sirénien » d’Abysses réside dans l’une des pièces maîtresses de l’album, à savoir Loc’hentez Ker Is. Il serait plus avisé de parler de pièce plutôt que de titre en raison de sa longueur (presque 7 minutes). Les Tri Yann y évoquent en breton sur de très beaux arrangements l’incontournable légende de la ville d’Ys: Dahut, la fille débauchée du roi Gradlon de Cornouaille, fut envoûtée par le Diable incarné en humain, vola à son père les clés de la digue et provoqua la submersion de la cité, avant de sombrer dans l’océan, où elle devint une marie-morgane… Interprétée à trois voix, la chanson elle-même est un passionnant récit entrecoupé de dialogues. Jean-Paul y tient le rôle du récitant, Jean-Louis ceux de Gradlon et de « l’étranger », et Freddy celui du moine saint Gwénolé.

    Comme nous l’avons vu, les douces ballades se comptent en nombre dans Abysses, mais les titres à l’énergie communicative ne sont eux non plus pas en reste! A l’instar de Gavotten ar seizh, enchaîné avec Sonenn ar mor don qui le précède (un titre un peu zarbe et glauque, qui fait « cantique » et qui est celui que j’aime le moins dans l’album). Cette « gavotte des sept » reprend en breton le thème celtique par excellence des métamorphoses. La jeune fille dont il est question dans Sonenn ar mor don a recours à une succession de métamorphoses pour échapper à son fiancé imposé, qui la poursuit et se métamorphose en riposte. La mélodie, absolument trépidante, transpose à merveille l’idée de course poursuite! De plus, les Trois Jean ont mis en place pour l’interprétation de ce titre en scène un « numéro » désormais culte en concert: les tambours de Plougastell-Daoulas (mieux que les Tambours du Bronx ou que les Tambours du Zimbabwe! :) ) !

    Et ensuite… Alors là, il va falloir que je me modère, car je pourrais parler sur des pages et des pages du titre suivant: Lancastria… Cette gwerz au-delà du sublime, au-delà de toute comparaison, presque au-delà des mots, est LE titre phare, car elle est la quintessence de toutes les qualités que j’ai pu répertorier plus avant sur Abysses. Elle rapporte le drame affreux du Lancastria, paquebot écossais bombardé le 17 juin 1940 par les stukas allemands dans le port de Saint-Nazaire. Il y avait à son bord des milliers de réfugiés belges et polonais, ainsi que des soldats anglais. Le Lancastria a coulé en vingt minutes, jetant à la mer ses passagers dans le mazout en flammes. Le nombre des noyés, brûlés ou disparus est énorme: on l’estime entre 8000 et 9000… Le naufrage du Titanic, très connu et dont on parle beaucoup en ce moment car c’est le centenaire, avait fait beaucoup moins de morts… Pourtant, la tragédie du Lancastria est totalement méconnue car, à l’époque, elle fut passée sous silence en Angleterre sur ordre de Churchill, pour, soi-disant, « soutenir le moral des troupes »… Aujourd’hui, il ne reste du Lancastria qu’un petit film documentaire de France 3 Ouest, un site Internet, une commémoration chaque 17 juin à Saint-Nazaire, et la chanson de Tri Yann… Les Tri Yann prennent ce drame à bras-le-corps: dans cette merveilleuse composition, chaque arrangement, chaque note est polie avec la pureté d’un joyau, chaque mot est pesé pour toucher l’auditeur en plein coeur. Un violon déchirant, un uileann pipe poignant, des bruits très réalistes de bombardement au synthé et le superbe travail des voix nous happent et nous font vivre, corps et âme, le drame et la détresse des passagers… C’est bel et bien un morceau – pour me paraphraser moi-même – « grave et recueilli jusqu’au sanglot ». Dans mon cas, c’est au sens propre du terme! A chaque fois que je l’ai entendu en concert, j’ai fondu en larmes. Et c’est la toute première chanson qui m’ait fait pleurer en concert, alors c’est dire… Ne ratez pas, dans le dernier couplet, la bouleversante allégorie de l’Europe, qu’il serait bon de méditer en ces temps de crise… Lancastria est pour moi, de très loin, le plus beau titre composé par Tri Yann en 40 ans de carrière!!! :) Il est mon préféré d’Abysses avec J’ai croisé les Néréides (et d’ailleurs, mon coeur balance entre les deux, je n’ai jamais réussi à trancher!).

    Après cette page d’Histoire douloureuse et cet appel au souvenir éprouvant pour le moral de l’auditeur, nous replongeons dans des méandres un peu plus joyeux. Tir fo tonn, dont le titre se réfère au « Tîrfo-thuinn », le refuge de Viviane et de Merlin dans la légende arthurienne, est un instrumental pêchu à la manière des reels écossais. Enfin, c’est une petite parenthèse nostalgie qui clôt l’album. D’abord, avec Le sous-marin, une charmante ballade douce-amère chantée par Jean-Louis, qui relate l’un de ses souvenirs d’enfance… Son grand-père, armateur de péniches, avait une Peugeot 203 commerciale, à l’arrière de laquelle ses mariniers avaient bricolé six hublots, trois de chaque côté. Pour Jean-Louis, sa soeur et son cousin, c’était le bonheur car, à chaque fois qu’ils montaient dans cette voiture, ils « plongeaient dans le sous-marin, vingt mille lieues sous la cressonnière »… Cette ballade touchante, hymne aux souvenirs d’enfance qui sont souvent les plus beaux, peut parler à chacun d’entre nous. Le dernier couplet n’est pas dénué de nostalgie, et d’un certain mystère: « A-t-il rejoint la mer immense/ Ou rouillé au fond du jardin/ Le sous-marin de mon enfance?/ C’est son secret et c’est le mien… »

    Le titre final L’eden des mers est dédié à Patrick Pellen, un ami décédé des Tri Yann. Ils y revisitent le thème d’Avalon, le paradis des Celtes, la terre de l’éternelle jeunesse, le Tir Na Nog… Ce morceau constitue pour Abysses une conclusion flamboyante, où les côtés triomphants que l’on devinait tout au long de l’album trouvent leur aboutissement. Ce ne sont certes pas les cuivres et les sonneurs (qui sont à l’origine de ce côté « triomphant » du titre) qui nous feront dire le contraire!

    Mais avec L’eden des mers, ce n’est pas tout à fait fini. Une piste cachée, constituée de bruitages marins et de réminiscences sonores des titres précédents, nous permet d’émerger tranquillement, palier par palier…

    Vous comprendrez, j’espère, après cette très longue et enthousiaste chronique, combien l’album Abysses est cher à mon coeur! Pour moi, il représente les Tri Yann au sommet de leur art. Le plus ancien groupe de France démontre ici, de façon parfaite, à quel point sa créativité est inépuisable, et ses engagements constants. Ils nous font passer du rire aux larmes et à l’entrain avec une maestria tout à fait unique. Avec cet extraordinaire opus, les Tri Yann conservent haut la main leur rang de plus grand groupe breton! Abysses est, de toute leur discographie, mon album préféré, et l’un des tout meilleurs qu’ils aient jamais réalisé.

    A posséder absolument, pour les fans de longue date comme pour les novices!!! :)

   

    Puisque c’est un album qui le vaut bien, et comme j’ai envie de me faire plaisir et de VOUS faire plaisir, je vous mets beaucoup de titres en écoute! :)

       Image de prévisualisation YouTube

     Gloire à toi Neptune!

       Image de prévisualisation YouTube

     La solette et le limandin

       Image de prévisualisation YouTube

     Dessous la ville de Nantes

       Image de prévisualisation YouTube

     Dans la lune au fond de l’eau

       Image de prévisualisation YouTube

     Petite sirène

       Image de prévisualisation YouTube

     J’ai croisé les Néréides

        Image de prévisualisation YouTube

     Gavotten ar Seizh

       Image de prévisualisation YouTube

     Lancastria. Sortez les mouchoirs…

       Image de prévisualisation YouTube

     Le sous-marin



42ème Festival Interceltique de Lorient, du 3 au 12 août 2012: Année de l’Acadie

    Oyez, Celtes du monde et Celtes de coeur! :)

    La programmation complète du 42ème Festival Interceltique de Lorient, qui se déroulera du 3 au 12 août prochains et mettra à l’honneur l’Acadie, âme francophone du Canada atlantique, a été dévoilée le mardi 3 avril au soir et mise aussitôt en ligne sur le site officiel.

    A titre très personnel, j’ai été désappointée en voyant le détail du programme… Les vraies « têtes d’affiches » sont beaucoup moins présentes que les années précédentes, et beaucoup moins que l’an dernier, qui a connu une édition colossale. Plusieurs artistes programmés ne sont pas apparentés à la musique celtique, ou même à la world music (Roch Voisine…). Aucun nom qui ne me fasse sauter de joie, comme ça a été le cas avec Hugues Aufray, Cécile Corbel et The Chieftains l’an dernier, voire pleurer de joie (pour Tri Yann l’an dernier :) ). Peu de choses m’ont tentée d’emblée à la lecture du programme. Toutefois, je suis intéressée par la traditionnelle cotriade d’ouverture, qui sera animée par La Virée et Les Gabiers d’Artimon, et par la création de Jordi Savall « Autour de la viole celtique » le dimanche 5. En première partie du virtuose catalan de la viole de gambe, Yves Ribis et le spectacle Kerham, créé en partenariat avec le FIL et le centre Amzer Nevez de Ploemeur. Parmi les musiciens de cette création, l’ami Christophe Peloil sera présent (qu’on se le dise… :) )… LE concert-événement de cette édition 2012, ce sera sans nul doute celui de Dan ar Braz et du Bagad Kemper le samedi 11 au Slipway pour la Nuit du Port de pêche. Ils présenteront en première mondiale avec de nouveaux musiciens le spectacle « Celebration », que l’on chuchote être un Héritage des Celtes n°2. Mais je ne pense pas être à ce concert, car je ne suis pas fan de Dan ar Braz…

    Enfin… Je fais ma difficile, mais à ne pas douter, d’autres sauront trouver leur compte dans ce programme…

    Voici les principaux noms de la programmation, en vrac, avant de donner tous les détails: Buffy Sainte-Marie, La Virée, Les Gabiers d’Artimon, Roland Gauvin, Erik Marchand, Moriarty, Jordi Savall, Yves Ribis, Tejedor, le Buena Vista Social Club, création La Diagonale des Mers avec Marthe Vassalo, Grande Nuit de l’Acadie avec Dominique Dupuis, Fayo, Roland Gauvin, Roch Voisine en guest spéciale, et bien d’autres; 60ème anniversaire du Bagad de Lann Bihoué avec invités, Calum Stewart/Heikki Bourgault, Trio EDF; Concert pour Celtes en devenir avec Dominique Dupuis et Roland Gauvin, De Dannan & Afro Celt Sound System; Marie-Jo Thério, Fred Morrisson, Xosé Manuel Budino & Kepa Junkera; Soïg Sibéril « Du côté de chez Soïg », McGoldrick, McClusker and John Doyle & Treacherous Orchestra; Manran/Craobh Rua, Cotriade n°2 avec Fayo, Nuit du Port de Pêche avec Dan ar Braz & Bagad Kemper « Celebration »; les 10 miles interceltiques, Soirée de clôture Kenavo an Distro avec Dominique Dupuis, les Diaoulez ar Menez, Jeu à la Nantaise…

    Et bien sûr, les incontournables: Championnat national des Bagadoù, Grande Parade des Nations Celtes, Triomphe des sonneurs, Nuits interceltiques, Contes à bulles (le jeudi après-midi), concours d’instruments et master-class…

    Voici les grandes lignes, en attendant plus de détails.

    www.festival-interceltique.com

       Image de prévisualisation YouTube



Une partie de campagne

    AVERTISSEMENT: L’article qui suit n’est porteur d’aucune revendication, aucun parti pris ou aucun message politique de quelque ordre que ce soit.

    Le mercredi 4 avril, François Hollande, candidat du Parti socialiste à l’élection présidentielle, était en meeting à Rennes, et avait invité les Tri Yann à jouer en première partie de son meeting, pour « chauffer la salle ». Quand j’ai lu cette annonce dans un article d’Ouest France le matin même, j’avoue avoir été surprise. J’ai même cru, l’espace d’un instant, à un poisson d’avril tardif… Mais en fin de compte, cette participation en première partie d’un meeting socialiste n’a rien d’incongru, quand on connaît l’engagement constant des Tri Yann, et les sensibilités politiques de plusieurs des membres du groupes (notamment Jean-Louis, qui est adjoint socialiste à la mairie de Nantes).

    Mais foin de considérations politiques, place à la musique! Le groupe a joué quelques titres, avant de laisser place au candidat. Le moins qu’on puisse dire, c’est que Hollande, qui voulait « chauffer la salle » en invitant Tri Yann, a tapé en plein dans le mille, car ils n’ont jamais de difficultés pour chauffer le public, avec leur énergie communicative! J’ai suivi en direct sur le site de François Hollande l’essentiel de cette « partie de campagne ». J’ai regardé non pas pour les questions politiques, mais uniquement pour la musique, sans aucune autre pensée. Les Tri Yann ont joué: Pelot d’Hennebont, Chanson du baleinier François Le Billant, probablement Si mors à mort d’après ce que j’ai pu deviner grâce à une photo sur laquelle j’ai identifié le mandoloncelle et le psaltérion, Kan ar Kann, La jument de Michaud, Dans les prisons de Nantes en rab, mais aussi une chanson qui s’impose en de telles circonstances. Il s’agit de Vive la République vive la Liberté, une très jolie chanson du pays nantais datant de la Révolution. Le groupe l’a enregistrée en 1996 sur l’album live Tri Yann en concert. C’est une chanson à mon avis trop peu connue dans leur répertoire, elle mériterait de l’être davantage… Et le solo de violon de Christophe, qui flirtait avec la musique baroque, m’a fichu des frissons…

    Vidéos de cette « partie de campagne »:

      http://www.dailymotion.com/video/xpxi0t

      http://www.dailymotion.com/video/xpyusz

    http://www.dailymotion.com/video/xq0kaf

      Image de prévisualisation YouTube



Tri Yann: J-10 avant la sortie du live!!!!!!

    Avis à la population: plus que quelques jours avant la sortie du CD et du DVD live de Tri Yann Le concert des 40 ans!!!!!! :) :) :)   J’ai trop hâaaaaaaate de revivre le concert!!!!! :)   J’ai commandé samedi dernier par Internet à la Fnac le double CD et le DVD. Je ne suis pas trop intéressée par le packaging, surtout que son contenu doit être le même que le reste, en rassemblant les deux autres « déclinaisons ». J’aime avoir de beaux objets bien distincts, pas seulement un DVD glissé en supplément d’un CD…

    Vivement le vendredi 20 avril!!! :) D’autant que sur mon suivi de commande, il est assuré que la commande serait expédiée à partir du 19, soit la veille de la sortie. Je devrais donc la recevoir le jour J, si tout va bien! :) J’espère, parce que je repars le 22… Mais a priori, il ne devrait pas y avoir de problèmes. D’après des amis Tryanautes qui ont l’habitude de passer des commandes à la Fnac via Internet, ils n’ont jamais eu aucun souci et les commandes ont toujours été reçues en temps et en heure, voire même, parfois, dans le cas de nouvelles parutions, la veille de la mise en rayon officielle… On verra! Mais normalement ça devrait aller! :)

    Histoire de vous mettre l’eau à la bouche… Voici un petit teaser du documentaire bonus qui accompagnera le concert sur le DVD visible sur le site du monteur-réalisateur Richard Poisson: http://www.richardpoisson.com/ Descendez un peu plus bas dans la page, et dans la partie « Documentaires », vous verrez la vidéo « Tri Yann Les 40 ans », entre une vidéo intitulée La guerre de Bill et une sur Kim Jong Ill…

    Vivement le 20!!!!! :)



Groupe Div'Har |
Gospel Motion......... |
sean't production |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Vie de musique et de paroles
| ELITE 1
| sandrineramirezvoice