Tri Yann: agenda des concerts 2013 – 2014

Tri Yann: agenda des concerts 2013 - 2014 dans Actus ty-40-ans1

     Voici les nouvelles dates de concert de Tri Yann de novembre 2013 jusqu’en août 2014.

 

    NOVEMBRE 2013:

  le 08/11: AMIENS (80), Auditorium Mégacité

  le 09/11: CHAUNY (02)

  le 30/11: NANTES (44), au Zénith de Nantes, avec plein d’invités: Avalon Celtic Dance, Cercle Celtique Olivier de Clisson, Arz Nevez, Naoned and District Pipe-band

    FEVRIER 2014:

  le 28/02: SARCELLES (95), Salle Malraux

    MARS 2014:

  le 15/03: GRANDE SYNTHE (59), Palais du Littoral

  le 23/03: DOUAI (59), Salle Gayant Expos à 15 h (2ème édition du Celtic Festival)

  le 30/03: TRELAZE (49), Celtic Festival

    AVRIL 2014:

  le 12/04: ALENCON (61), Parc Anova

    MAI 2014:

   le 09/05: PARIS (75), L’Olympia, avec le Groupe Sans Gain et Carlos Nùnez

   le 17/05: TOURS (37)

   le 18/05: VERBERIE (60), Espace Dagobert, à 15 h

    JUIN 2014:

  le 01/06: CERISY BELLE ETOILE (61)

  le 07/06: LES MAZURES (08), Palais des Congrès des Vieilles Forges

      JUILLET 2014:

   le 05/07: SAINT-ETIENNE (42), Festival Les Roches Celtiques

   le 04/07: COMMENTRY (03)

   le 12/07: SAINT SERVANT SUR OUST (56) Festi Val de l’Oust

   le 17/07: COUHE (86), Abbaye de Valence, plein-air

   le 19/07: BATZ SUR MER (44) Les Nuits Salines

   AOÛT 2014:

   le 02/08: KARLSRUHE (Allemagne), Zeltival

  le 08/08: PERIGUEUX (24), Salle de la Filature

   le 13/08: OHLUNGEN (67) Festival Summerlied, 21 h 30

   le 15/08: PLOZEVET (29) Festival Mondial’Folk, Espace Jules Ferry, à 21 h 30

Mise à jour le 12/02/2014

     Mise à jour le 29/04/2014

* le 12 juillet à Saint-Servant sur Oust (Morbihan): ma très probable date de concert estivale…. Hiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii!!!!!!! :D :D

** le 15 août à Plozévet (Finistère): ma seconde date de concert estivale! Yahaaaaaa!!!!! :D :D



Hommage: Tu vois, je pense aux Acadiens…

    Dans la foulée de mon article sur La Virée, et parce que j’éprouve le besoin d’exorciser l’émotion très forte que j’ai ressentie à l’écoute de l’une des plus sublimes complaintes du répertoire de cette région, j’ai décidé de rester un peu en Acadie, et de me pencher d’un peu plus près sur certains « chants de la mémoire », qui relatent l’histoire tourmentée de la province…

    Petite leçon d’Histoire-géo accélérée: L’Acadie, en clair, qu’est-ce que c’est? L’Acadie, c’est une région nord-américaine majoritairement francophone morcelée, sans véritable frontière. On y inclut communément les quatre principales provinces du Canada Atlantique, à savoir le Nouveau-Brunswick, la Nouvelle-Ecosse, l’Île du Prince Edouard, et Terre-Neuve-et-Labrador. Outre ces quatre-là, des communautés de la diaspora acadienne se situent également au Québec, dans les Etats américains du Maine et de Louisiane, en Gaspésie, aux Îles de la Madeleine ou aux Îles Malouines. Entrer dans les détails serait trop compliqué, mais les historiens distinguent « l’Acadie historique » et l’Acadie « généalogique », . L’Acadie dite « historique », colonie de la Nouvelle-France, a été fondée en 1604. De par sa position stratégique entre Canada et Nouvelle-Angleterre, l’Acadie subira les conséquences de nombreux conflits, de guerres civiles en attaques anglaises. A partir de 1710, les Anglais entreprennent de conquérir l’Acadie, et seront appuyés en ce sens en 1713 par le Traité d’Utrecht, bien que la France garde « dans les faits » le contrôle du territoire. Mais les Acadiens refusent de prêter allégeance à la couronne anglaise. En riposte à cette insoumission a lieu la Déportation des Acadiens, entre 1755 et 1763: une grande partie de la population est déportée vers les Etats-Unis, la France, la Grande-Bretagne et ailleurs, et exilée. Cet épisode douloureux, véritable traumatisme d’un peuple, restera dans les mémoires sous le nom de « Grand Dérangement ». Il est à l’origine de l’éclatement de la diaspora acadienne.

    Qu’en reste-t-il aujourd’hui? Des poèmes, « chants de la mémoire », des « chants du souvenir acadien », composés par des artistes acadiens ou bretons. Certains sont bouleversants d’émotion… En voici quelques exemples…

EVANGELINE (Paroles et musique: Michel Conte, 1971)

    Inspirée d’un long poème épique écrit au XIXème siècle par l’américain Henry Wadsworth Longfellow, Evangéline est une sublime complainte composée par Michel Conte en 1971. La chanson fut popularisée par Isabelle Pierre. Suivirent plusieurs autres interprètes, notamment Marie-Jo Thério, Lyne Lapierre, Marie Williams, Annie Blanchard, ou encore Elisabeth Milot (du groupe Prenez Garde!). Evangéline est bien plus qu’une simple chanson: c’est le symbole de tout un peuple exilé! Elle raconte l’histoire dramatique de deux fiancés, Evangéline et Gabriel, séparés lors du Grand Dérangement de 1755 et déportés aux Etats-Unis. Pendant de nombreuses années, Evangéline n’aura de cesse de rechercher son amant dans toute l’Amérique. Mais malgré les épreuves, loin de son pays et de son bien-aimé, la jeune femme trouve la force de continuer à vivre, et devient infirmière dans un hospice. Bien des années après, elle retrouve Gabriel, devenu un vieillard, parmi les malades, et il meurt dans ses bras… Quand j’ai écouté la chanson pour la première fois, j’avais la chair de poule et, arrivée au couplet sur les retrouvailles des amants et la mort de Gabriel dans les bras de sa bien-aimé, je sentais les larmes ruisseler sur mes joues, sans que je puisse les contrôler, et sans que je cherche a les contrôler, tant j’avais été bouleversée… :(   :(   :(   C’est d’ailleurs cette forte émotion, dont j’avais besoin de me purger, qui est à l’origine de cet article… Cette complainte magnifique, incontestablement l’un des plus beaux titres du répertoire acadien, peut-être interprétée littéralement comme une chanson d’amour, mais aussi, plus profondément, comme un formidable message d’espoir. Acadien ou non, comment ne pas être touché au plus profond par le symbole que véhicule Evangéline?… En voici une analyse:

    « L’amour pur et fidèle qu’éprouve Évangéline pour Gabriel symbolise la confiance éternelle, sentiment que de nombreux groupes sociaux peuvent éprouver. Lorsqu’ils ressentent cette confiance, ils voient alors poindre une lueur d’espoir dans les ténèbres de l’intolérance et du rejet. Évangéline est porteuse d’un message à la fois mythique et métaphorique, du flambeau de l’amour et de l’espoir éternels, non seulement pour les descendants directs des Acadiens victimes de la Déportation, mais pour ceux et celles qui cherchent désespérément un sens à une existence vide. Il s’agit d’une fonction très importante du mythe. Aux yeux de milliers de gens, Évangéline est l’image de l’émotion qu’elle incarne, un périple difficile à travers les joies et les peines de l’existence, donnant un sens au grand voyage qu’est la vie. » *

    * Cette analyse est issue de l’article Wikipédia consacré à Evangéline: http://fr.wikipedia.org/wiki/Evang%C3%A9line

    Passons maintenant à la chanson proprement dite…

PAROLES:

Les étoiles étaient dans le ciel

Toi dans les bras de Gabriel

Il faisait beau, c’était dimanche

Les cloches allaient bientôt sonner

Et tu allais te marier

Dans ta première robe blanche

L’automne était bien commencé

Les troupeaux étaient tous rentrés

Et parties toutes les sarcelles

Et le soir au son du violon

Les filles et surtout les garçons

T’auraient dit que tu étais belle

Evangéline, Evangéline

Mais les Anglais sont arrivés

Dans l’église ils ont enfermé

Tous les hommes de ton village

Et les femmes ont dû passer

Avec les enfants qui pleuraient

Toute la nuit sur le rivage

Au matin ils ont embarqué

Gabriel sur un grand voilier

Sans un adieu, sans un sourire

Et toute seule sur le quai

Tu as essayé de prier

Mais tu n’avais plus rien à dire

Evangéline, Evangéline

Alors pendant plus de vingt ans

Tu as recherché ton amant

A travers toute l’Amérique

Dans les plaines et les vallons

Chaque vent murmurait son nom

Comme la plus jolie musique

Même si ton coeur était mort

Ton amour grandissait plus fort

Dans le souvenir et l’absence

Il était toutes tes pensées

Et chaque jour il fleurissait

Dans le grand jardin du silence

Evangéline, Evangéline

Tu vécus dans le seul désir

De soulager et de guérir

Ceux qui souffraient plus que toi-même

Tu appris qu’au bout des chagrins

On trouve toujours un chemin

Qui mène à celui qui nous aime

Ainsi un dimanche matin

Tu entendis dans le lointain

Les carillons de ton village

Et soudain alors tu compris

Que tes épreuves étaient finies

Ainsi que le très long voyage

Evangéline, Evangéline

Devant toi était étendu

Sur un grabat un inconnu

Un vieillard mourant de faiblesse

Dans la lumière du matin

Son visage sembla soudain

Prendre les traits de sa jeunesse

Gabriel mourut dans tes bras

Sur sa bouche tu déposas

Un baiser long comme ta vie

Il faut avoir beaucoup aimé

Pour pouvoir encore trouver

La force de dire merci

Evangéline, Evangéline…

Il existe encore aujourd’hui

Des gens qui vivent dans ton pays

Et qui de ton nom se souviennent

Car l’océan parle de toi

Les vents du sud portent ta voix

De la forêt jusqu’à la plaine

Ton nom, c’est plus que l’Acadie

Plus que l’espoir d’une patrie

Ton nom dépasse les frontières

Ton nom c’est le nom de tous ceux

Qui malgré qu’ils soient malheureux

Croient en l’amour et qui espèrent

Evangéline, Evangéline, Evangéline, Evangéline…

        Image de prévisualisation YouTube

    La version de Marie-Jo Thério… Je vous défie bien d’écouter cette complainte sans sortir la boîte de Kleenex! Je dois préciser qu’Evangéline est l’une des trois seules chansons (avec Lancastria de Tri Yann et Adieu monsieur le professeur d’Hugues Aufray) qui aient réussi à me faire pleurer jusqu’à aujourd’hui. C’est dire…

GRAND-PRE (Paroles et musique: Angèle Arsenault, 1994)

    Grand-Pré est un village de Nouvelle-Ecosse fondé en 1682. Longtemps négligé par le gouvernement colonial, car situé trop loin de Port-Royal, il tomba sous la domination des Britanniques en 1713. Il retourna brièvement sous contrôle des Français après la Bataille de Grand-Pré en 1747. C’est à Grand-Pré que fut menée la plus vaste opération de déportation lors du Grand Dérangement de 1755. Le site est aujourd’hui classé au patrimoine mondial de l’UNESCO.

    Grand-Pré, c’est également une émouvante chanson composée par Angèle Arsenault en 1994. Cette chanson est un véritable manifeste de l’identité acadienne telle qu’on la définit, avec en plus un bel hommage aux racines françaises de la diaspora acadienne actuelle… Alors qu’Evangéline était, au-delà de l’amour, une exaltation de l’espoir en bout de course, Grand-Pré est empreinte d’un incroyable  et touchant positivisme. Elle est la voix des descendants des exilés, fiers de leur héritage, qui clament haut et fort que la mémoire de leur peuple se perpétuera, et que toujours l’Acadie s’exprimera… La chanson fut interprétée par Angèle Arsenault elle-même, Sandra Le Couteur (chanteuse originaire de l’Île Miscou), ou encore par le collectif Ode à l’Acadie…

PAROLES:

On porte toujours en soi un peu de son pays

Et moi je n’oublie pas que je suis d’Acadie

Si mon histoire est triste, ce n’est pas votre faute

Mais soyons des artistes, écrivons-en une autre

Qui sera bien plus belle, beaucoup moins dramatique

Avec des arcs-en-ciel, d’la danse et d’la musique

A partir d’aujourd’hui, bâtissons l’avenir

En gardant du passé nos plus beaux souvenirs

Grand-Pré, c’est là que tout a commencé

Grand-Pré, c’est là que nous avions rêvé

Grand-Pré, de bâtir un monde nouveau

A l’abri des tempêtes, au bord de l’eau

Grand-Pré, c’était un peu le paradis

Grand-Pré, les Indiens étaient nos amis

Grand-Pré, à l’abri des arbres géants

Dans le Bassin des Mines, à l’origine

Du nouveau continent

Non, ils ne sont pas venus, les soldats, c’est pas vrai

Car dans la petite église, tous les hommes priaient

Les femmes à la maison préparaient le fricot

Les enfants dans les champs surveillaient les troupeaux

Non, elle n’est pas venue, la si terrible guerre

Qui déchire les familles et crée tant de frontières

Si c’est ça mon histoire, je refuse d’y croire

Je préfère oublier ce qui est arrivé

Grand-Pré, tout un peuple qu’on a déporté

Grand-Pré, une page d’histoire qu’on a déchirée

Grand-Pré, les maisons, les fermes brûlées

Tout c’qu’on avait bâti s’est effondré

Grand-Pré, où sont les Leblanc, les Légère

Sont-ils en Louisiane ou à Belle-Île-en-Mer?

Grand-Pré, comment faire pour garder l’espoir

Allons-nous nous revoir, comment savoir

Où se trouve l’Acadie

Dans les prisons de Londres et dans le port de Nantes

Pendant de longues années, ils vécurent dans l’attente

De pouvoir retourner chez eux en Amérique

On les a bien nommés, les piétons de l’Atlantique

Ces braves paysans qui venaient du Poitou

Du Berry, d’la Touraine, d’la Bretagne, de l’Anjou

Ils avaient tout quitté pour un peu d’liberté

On les a condamnés à vivre en exilés

Grand-Pré, je ne veux pas vous faire pleurer

Grand-Pré, mais je ne peux pas oublier

Grand-Pré, que mes ancêtres étaient Français

Et tout ce qu’ils voulaient c’était vivre en paix

Grand-Pré, nous n’étions que quelques milliers

Grand-Pré, nous n’avons pas abandonné

Grand-Pré, aujourd’hui nous pouvons rêver

Trois millions d’Acadiens et d’Acadiennes continuent à chanter

Nous avons survécu

Nous sommes les invaincus

Nous nous sommes relevés

Nous avons triomphé

Nous connaissons la guerre

La faim et la misère

Mais nous n’avons ni frontière

Ni haine, ni regard en arrière

Nous marchons droit devant

Vers le soleil levant

Fiers de notre héritage

Parlant notre langage

Marchant à notre pas

Chantant Alléluia

Enfants de l’Acadie

Notre histoire nous a grandis

Notre histoire n’est pas finie

        Image de prévisualisation YouTube

    Grand-Pré, superbement interprété par Ode à l’Acadie… Ode à l’Acadie est un collectif de sept jeunes musiciens acadiens, formé en 2004 au Festival acadien de Caraquet à l’occasion du 400ème anniversaire de la fondation de l’Acadie. Le groupe ne devait au départ être qu’éphémère, mais le succès fut tel que l’aventure se prolongea jusqu’en 2010, et que le collectif développa plusieurs spectacles. Ode à l’Acadie se composait des musiciens suivants: Isabelle Thériault, Monique Poirier, Louise Vautour, Patricia Richard, Christian Kit Goguen, Nicolas Basque et François Emond.

ENTRE BELLE-ÎLE ET NANTES (Paroles et musique: Suroît, 2002)

    Tout comme Grand-Pré le faisait de manière subtile, la chanson Entre Belle-Île et Nantes de Suroît, enregistrée en 2002 sur le magnifique album Prends le temps (le meilleur album du groupe, selon moi), célèbre l’amitié indéfectible et le profond sentiment de fraternité qui unit les descendants des Acadiens exilés avec les bretons, plus particulièrement les habitants de Belle-Île-en-Mer. Car beaucoup d’Acadiens déportés trouvèrent à Belle-Île une terre d’accueil et un peuple d’adoption. Le groupe madelinot (qui est à l’Acadie ce que Tri Yann est à la Bretagne) rend donc par le biais de cette chanson un superbe et vibrant hommage à la Bretagne. Et c’est toujours très émouvant de l’entendre chantée à Lorient (comme ci-dessous), car ce titre a, au FIL, une résonnance toute particulière…

PAROLES:

1. J’suis parti sur la côte

Un matin de septembre

Prévenant bien mes hôtes

Qu’il fallait pas m’attendre

Est-ce le cri de ma race

Tous ces bruits qui me hantent?

Je veux suivre leurs traces

Entre Belle-Île et Nantes

2. Quais de la Trinité

Voiliers du Morbihan

Buvons à l’amitié

A mes frères de sang

De bistrots en cafés

Ceux avec qui je chante

Le verre il faut lever

Entre Belle-Île et Nantes

3. De la Côte Sauvage

A la Côte de Jade

C’est à grandes rasades

Que je rends mes hommages

A toutes ces femmes fières

A ces belles amantes

Comme un parfum de mer

Entre Belle-Île et Nantes

4. De mon pays d’hiver

Quand je pense à la France

Vogue vent d’outre-mer

Sur mes itinérances

Puis comme un vieux refrain

Mélodie apaisante

Je refais le chemin

Entre Belle-Île et Nantes…

        Image de prévisualisation YouTube

    Suroît interprétant Entre Belle-Île et Nantes sur la scène du Pavillon de l’Acadie, au FIL 2013.

JE PENSE A TOI, JE PENSE AUX TIENS (Paroles et musique: Gilles Servat, 2011)

    Dernière chanson-hommage de cette playlist, dans la veine d’Entre Belle-Île et Nantes… Alors que les précédentes ont été composées par des artistes acadiens, là c’est l’inverse. C’est Gilles Servat, ardent défenseur de l’interceltisme et poète de la Bretagne militante, qui a écrit la chanson qui suit, laquelle a été enregistrée sur son dernier album, Ailes et îles, en 2011… Je pense à toi, je pense aux tiens, dédiée à son ami Roland Gauvin, grande voix acadienne rencontrée au FIL, est un hommage touchant aux familles acadiennes chassées de leur pays et réfugiées à Belle-Île, où elles furent accueillies à bras ouverts… Je m’excuse d’avance de ne pas pouvoir vous mettre d’extrait pour celle-ci. J’espère que la beauté des paroles se suffira à elle-même pour vous interpeller… :)

PAROLES:

1. J’écris ces vers

Plage de Pozh Gwenn à Hoëdic

En pleine mer

Entre Quiberon et Le Croisic

2. Dans le parfum des immortelles

Hoëdic dénude sa poitrine

Et plus encore dévoile-t-elle

Sous toison de criste-marine

Blanche faucille tranchant la mer

Porzh Gwenn gerbe les laminaires

Sur sa lame je viens m’asseoir

Pour voir Belle-Île dans le soir

Je pense à toi, je pense aux tiens

3. L’Île de Houat, à droite, étale

Falaises sombres et sable pâle

Mutuel écrin obscur et clair

L’autre par l’un aux yeux offert

Droit devant moi l’Île aux Chevaux

Mène au vent ses poulains jumeaux

Dans la prairie que moutons tordent

Et talus de Belle-Île borde

Je pense à toi, je pense aux tiens

4. La banquise au ciel se fissure

La clarté par ces déchirures

Dans le gris trace des couloirs

Pour nous éblouir de sa gloire

Sous le triomphe de ses rayures

Passe un trois-mâts tribord armures

Ce bateau quel nom portait-il

Qui mena les tiens vers Belle-Île?

Tu vois je pense aux Acadiens *

5. Après l’ombre vient la lumière

Déjà je cligne les paupières

En regardant Kasperankiz

Dans l’or que les flots réfléchissent

Et dans le beau temps qui se lève

Le dieu du soir m’envoie un rêve

A Belle-Île un jour toi et moi

Nous irons pour joindre nos voix

Je pense à toi, je pense aux tiens

Je pense aux tiens, je pense à toi…

    * Tu vois je pense aux Acadiens: vous l’aurez compris, c’est cette phrase de la chanson de Gilles Servat qui m’a inspiré le titre de cet article…

    BONUX: Histoire de finir cet hommage de façon endiablée… Voici un extrait d’un concert un peu particulier: l’ouverture du show Acadie authentique à l’Espace Marine, lors de la Grande Nuit de l’Acadie au FIL 2012. Ce show, qui faisait sa grande première à Lorient, a pour but de démontrer le rayonnement et la vitalité de la musique acadienne, à travers ses nombreuses formes d’expression possible: les violons solistes, le folk-rock celtique, la chanson variétés, le conte… Il rassemble de nombreux artistes, aussi divers que Dominique Dupuis, Louise Vautour, Monique Poirier, Sandra Le Couteur, La Virée, Lisa Leblanc, Patricia Richard, Fayo, Joseph Edgar, George Belliveau, Jac Gautreau,  Dominique Bréau, Isabelle Thériault, ou encore Roch Voisine en guest spéciale (en plus de participer au spectacle, le chanteur, originaire d’Edmunston, était également présent en tant que parrain du prochain Congrès mondial acadien, qui se tiendra en août 2014, dans « l’Acadie des Terres et des Forêts »).

    L’ouverture du show démarre avec le traditionnel Les gens de par chez nous, et se poursuit par un set de reels décoiffants.

    Précisions à toutes fins utiles, le quintet de violonistes qui insuffle toute son énergie à ce set de reels, et qui sert de base musicale à plusieurs morceaux du show, est composé, de gauche à droite, de George Belliveau, Marie-Andrée Gaudet (de Prenez Garde!), Louise Vautour, Dominique Dupuis, et Théo Brideau (de La Virée). L’orchestre « maison », quant à lui, comprend notamment Isabelle Thériault (qui est également chargée de la direction artistique), Christian Kit Goguen, Chris Wheaton, Christien Belliveau, ou encore Sébastien Michaud.

        Image de prévisualisation YouTube

    Bonne écoute, et puissiez-vous, je l’espère avec cet article, avoir une pensée, même une toute petite, pour les cousins acadiens…



Groupe Div'Har |
Gospel Motion......... |
sean't production |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Vie de musique et de paroles
| ELITE 1
| sandrineramirezvoice