Toutes les bonnes choses ont une fin…

    Voici ce que j’ai écrit sur mon journal Facebook le lundi 11 août au matin…

    « Et voilà, c’est fini… Rideau… Kenavo an distro…
Clap de fin hier soir du FIL 2014, après 10 jours intensifs placés sous le signe de la verte Irlande… 
Artistiquement parlant, et aussi financièrement pour l’organisation, ce fut une très belle édition. On estime la fréquentation à pas moins de 750 000 visiteurs (contre 700 000 en 2013) sur dix jours! Autrement dit, on a frôlé le record absolu de 2010 (800 000 visiteurs)! C’est aussi la meilleure édition depuis 2011 en termes de billetterie. L’Irlande n’a pas failli à son rang d’invité d’honneur: la qualité des spectacles irlandais et des groupes proposés était à la hauteur de la réputation du pays comme terre de virtuoses. Le summum étant Lùnasa et Liam O’Flynn, qui nous ont fait vibrer lors d’une Grande Nuit de l’Irlande inoubliable…
Et il y a aussi tous les autres que je me dois de citer… Gilles Servat, qui nous a prouvé au cours d’une Fête entre Celtes intimiste chaleureuse qu’il est définitivement le plus irlandais des bretons… Le concert de Cécile Corbel, véritable oasis de douceur et d’onirisme qui, au milieu du fracas des cornemuses et du tapage ambiant, nous a fait énormément de bien… L’intéressante soirée Musiques sacrées Pays de Galles/Galice à l’Eglise Saint-Louis, qui nous a prouvé que la musique celtique se décline vraiment dans tous les domaines et toutes les formes d’expressions… La Nuit Magique, un émerveillement toujours renouvelé, toujours intact d’année en année, mettant en scène sous les étoiles les musiques celtiques dans tout ce qu’elles ont de plus grandiose… Et je ne peux pas finir cet éloge sans citer les Acadiens, qui ont une place à part dans mon coeur… Les Acadiens sont bien plus que des « cousins » du Canada Atlantique des français: on peut le dire, ce sont carrément des frères, tant nous nous sentons proches d’eux, tant leur musique respire l’authenticité et parle au coeur de chacun d’entre nous! Et ils sont tous tellement gentils, toujours souriants et accueillants, ils tutoient d’emblée! Par certains côtés, ils sont même plus agréables que les français. Leur sympathie et leur spontanéité ont quelque chose de terriblement rafraîchissant. Mes remerciements vont particulièrement au formidable groupe Prenez Garde!, qui avait été la grande révélation acadienne de l’an passé. Cette année, en l’absence des « têtes d’affiches » habituelles du Pavillon (Suroît, La Virée, Dominique Dupuis…) retenues au pays par le Congrès mondial acadien, ils ont été propulsés de fait tête d’affiche de la délégation. Et ils se sont parfaitement acquittés de leur tâche, enflammant deux à trois fois par jour, au Pavillon, et aussi au port de pêche lors de la cotriade du samedi 9, un public en délire totalement acquis à leur cause. Un grand bravo à eux. Je suis allée les voir pas moins de six fois en dix jours (cinq fois au Pavillon, la sixième à la cotriade), je ne m’en lasse pas! Hier après-midi, dernier jour, leurs larmes d’émotion à l’idée de quitter le public breton qu’ils adorent, et qui les adore de même, n’étaient pas surfaites. Ces larmes étaient le reflet de notre ressenti à tous: l’émotion de tous les beaux moments vécus, et le déchirement à l’idée que tout cela cesse du jour au lendemain jusqu’à l’année prochaine… Et je vous avoue sans honte qu’hier, après ce dernier après midi, lorsque j’ai quitté le marché interceltique pour de bon cette fois, à l’instar des acadiens, j’ai un peu pleuré. Peut-être était-ce ce trop plein d’émotions emmagasiné en 10 jours qui a fini par sortir? Ou bien était-ce l’émotion à fleur de peau qui régnait au Pavillon acadien qui a déteint sur moi? Je n’en sais trop rien, mais c’est dur de se dire qu’il va falloir attendre un an avant de revivre ça…
    Aujourd’hui, après dix jours très intensifs, on ressent comme un grand vide… Comme dirait Verlaine, il pleure dans mon coeur, mais je me remémore aussitôt tous les moments de grâce vécus au cours de ces dix jours, et la joie remplace la tristesse. Je visionne les vidéos et les photos faites pendant le FIL, et je me dis, vivement l’année prochaine!   A très bientôt, amis de l’interceltisme! RDV pour la 45ème édition du FIL, qui se tiendra du 7 au 16 août 2015 et mettra à l’honneur, non pas une, mais deux nations celtes associées, les deux « petits Poucets » britanniques de la famille interceltique historique, qui se retrouveront pour la première fois en tête d’affiche: les Cornouailles et l’île de Man! »



FIL 2014: du bon dans les oreilles

  Voici, comme de coutume à l’approche des vacances, ma traditionnelle playlist des artistes programmés au FIL 2014. Bonne écoute!

       Image de prévisualisation YouTube

  Casptern, groupe de chants de marins, participera le 1er août à la Cotriade d’ouverture au port de pêche, six ans après celle de 2008…

        Image de prévisualisation YouTube

  Son concert est d’ores et déjà annoncé comme un événement majeur de l’édition 2014… Bernard Lavilliers, grande figure de la bossa nova et de la variété française, jouera le samedi 2 août à l’Espace Marine. Eternel bourlingueur, se référant souvent dans son répertoire aux voyages et aux marins, le chanteur stéphanois de 67 ans va, pour la première fois de sa carrière, faire escale à Lorient. Nul doute que les festivaliers seront nombreux à embarquer avec lui (les places assises du concert ont déjà toutes été vendues, mais il reste des places debout…). Voici le clip de Scorpion, titre extrait de son dernier album Baron Samedi

        Image de prévisualisation YouTube

  Roland Becker, talabarder et saxophoniste émérite, ex-pen soner de la Kevrenn Alré, est un artiste résolument à part dans la vaste famille de la musique bretonne. Il est (à l’instar de Pascal Lamour par exemple, mais en beaucoup plus réussi et enthousiasmant) un véritable alchimiste musical, multipliant avec audace et talent les créations expérimentales et les mariages musicaux a priori improbables, comme La chaudière à musique ou Kof a Kof, spectacle en duo avec l’accordéoniste Régis Huiban, qui mélange ambiance cabaret rétro et musique bretonne. C’est sur la scène du Grand Théâtre que nous retrouverons Roland Becker cette année au FIL, le 3 août. Il dirigera, avec l’Ensemble de Bretaigne Armoricane, l’oratorio Anne de Bretagne renaissante, création commandée à l’occasion des 500 ans de la mort d’Anne de Bretagne. Voici ci-dessus le teaser de sa précédente création Immrama, qu’il avait présentée au FIL en 2011…

        Image de prévisualisation YouTube

    Gilles Servat, c’est la Bretagne, le porte-voix de la Bretagne militante, c’est La Blanche hermine, c’est la révolte… Certes, mais pas que… Gilles Servat, c’est aussi l’Irlande, qui a une place à part dans son coeur… Il considère la verte Erin comme son deuxième pays, et l’Irlande occupe une place conséquente dans son répertoire. Il s’agit tout aussi bien d’interprétations ou d’adaptations personnelles de morceaux traditionnels (The Foggy Dew, Le cul cousu d’or adapté du traditionnel The wild rover, ou encore Eléonore, adaptation de la sublime mélodie d’O'Carolan Eleonor Plunkett pour n’en citer que quelques uns), que de compositions évoquant l’Irlande et ses souvenirs du pays (La maison d’Irlande ou Sur les quais de Dublin). Bref, entre Gilles et l’Irlande, c’est une longue histoire de… fraternité. Frat-Eire-nité… C’est justement le thème du grand concert irlando-breton qui réunira Gilles et quelques uns de ses amis musiciens irlandais, dont Donnal Lunny, à l’Espace Marine le 3 août. Tous nous convient à une grande « Fête entre Celtes » qui promet d’être l’un des rendez-vous marquants de ce cru 2014… Pour ma part, billets déjà pris depuis longtemps!  :)    Ci-dessus, Gilles chante La maison d’Irlande sur la scène de Bercy en 1999…

        Image de prévisualisation YouTube

    Lùnasa est l’un des meilleurs et plus célèbres groupes irlandais de musique instrumentale au monde. Régulièrement invité dans les grands festivals bretons (Festival de Cornouaille, Fête de la Saint-Loup…), et déjà présent en 2005 à Lorient lors de la précédente Année de l’Irlande, le groupe sera à l’affiche de la Grande Nuit de l’Irlande à l’Espace Marine le 4 août pour une soirée prestigieuse, à en juger par la création qui y sera également jouée… :)   Ci-dessus, prestation de Lùnasa aux Celtic Connections de Glasgow en 2007 (vous aurez reconnu bien entendu la mélodie, qui est celle accompagnant le teaser officiel du FIL 2014  ;) )

        Image de prévisualisation YouTube

    … mais surtout, ô surtout, pour la Grande Nuit de l’Irlande, joie immense… un événement que je ne louperai pour rien au monde… roulement de tambour… la re-création exceptionnelle de l’oeuvre majeure du compositeur irlandais Shaun Davey The Brendan Voyage, pour orchestre et uileann pipe. Créée en 1981, jouée en première mondiale au FIL en 1982, The Brendan Voyage, basé sur le livre de l’explorateur Tim Sevrin, relate les voyages du moine irlandais Brendan de Clonfert sur son frêle esquif au VIIIème siècle vers des terres nouvelles et inconnues: le Labrador, les îles Féroé, voire même Avalon… ;)   Le dixième mouvement de l’oeuvre et le plus connu, le final Newfoundland, est probablement la plus sublime, la plus merveilleuse mélodie irlandaise qui ai jamais été composée! :)   Chaque année, au Nuits Magiques, elle est d’ailleurs jouée en introduction du tableau sur les irlandais, et accompagnée par la projection de splendides images marines sur les écrans géants. Et l’on se laisse emporter. Chaque fois que j’entends ce morceau, je suis subjuguée comme jamais, j’ai les larmes aux yeux, je m’en pâmerais d’émotion, je pourrais l’écouter des centaines de fois avec le même bonheur! Dix ans après sa dernière représentation au FIL, en 2004, The Brendan Voyage sera donc rejoué spécialement pour la Grande Nuit de l’Irlande, avec l’Orchestre du Festival et le soliste Liam O’Flynn, virtuose du uileann pipe. Ô joie! j’y serai, j’ai pris très tôt les billets! Et nul doute que je verserai ma petite larme lors de Newfoundland (que je vous propose d’écouter)… :)

        Image de prévisualisation YouTube

    La fée finistérienne de retour à Lorient… Trois ans après son dernier passage au FIL pour un Concert pour Celtes en devenir consacré à la BO d’Arrietty qu’elle avait composée, Cécile Corbel reviendra le mardi 5 août après-midi au Palais des Congrès, une nouvelle fois dans le cadre du concert pour enfants, afin de nous jouer la BO de Terre des Ours, film documentaire animalier de Guillaume Vincent, dont elle a composé la bande-son en intégralité. Voici la chanson Kamchatka, extraite de Terre des Ours

        Image de prévisualisation YouTube

    Autre concert très attendu de cette édition: Suzanne Vega au Grand Théâtre le 5 août. La célèbre chanteuse folk américaine rendra au cours de cette soirée un hommage appuyé à Pete Seeger. Je vous propose d’écouter son tube le plus connu, Tom’s Diner

        Image de prévisualisation YouTube

    Fille du célèbre sitariste Ravi Shankar et demi-soeur de la chanteuse Norah Jones, Anoushka Shankar est elle aussi, à l’instar de son père, une musicienne indienne de renom. A l’occasion du FIL 2014, elle sera le 6 août à l’affiche de la création Dans l’univers des bardes à l’Espace Marine, avec la harpiste galloise Catrin Finch et le musicien sénégalais Seckou Keïta…

        Image de prévisualisation YouTube

    L’irlandaise Mary Black, considérée comme l’une des meilleures chanteuses gaéliques de son temps, ex-membre du groupe De Dannan, a entamé une tournée d’adieu, qui fera halte à Lorient le 7 août. Mary Black prendra en effet part à la création Femmes gaéliques à l’Espace Marine, accompagnée de sa soeur Frances Black, de sa fille Aoife Scott, de la manxoise Ruth Keggin et de l’écossaise Julie Fowlis…

        Image de prévisualisation YouTube

    Le groupe de punk-rock quimpérois Red Cardell, l’un des fers de lance, avec Soldat Louis, de la nouvelle vague de la scène rock celtique bretonne des années 80/90, fait son retour à Lorient le 8 août accompagné du Bagad Kemper pour la création Fest Rock à l’Espace Marine, jouée en première mondiale au Festival de Cornouaille en 2012…

        Image de prévisualisation YouTube

    MON gros coup de coeur du FIL 2013: les acadiens de Prenez Garde! Ne voyez rien de menaçant dans ce nom, bien au contraire… Prenez Garde! , c’est un groupe atypique qui s’articule autour du facétieux « conteux » Dominique Bréau, et mélange, avec un talent fou et un humour des plus ravageurs, pièces traditionnelles acadiennes, chants dialogués, reels de violons, parlure acadienne et comédie. Le tout dans une ambiance aussi bon enfant que survoltée! :)   Prenez Garde! a été LA grande révélation acadienne du FIL 2013. Pendant les dix jours, ils n’ont cessé d’enflammer le public du Pavillon de l’Acadie. Pour ma part, ça a été un énorme coup de coeur… Et ils ont une de ces façons de « jouer » avec le public, et de nous faire participer, nous spectateurs! Le public est sans cesse sollicité dans de nombreux morceaux à répons, et je vous garantis qu’on ne se fait pas prier pour y participer à coeur joie! :) . Prenez Garde!  ( ;) ), avec cette fine « gang », composée de Dominique Bréau, Julien Bréau, Nicolas Basque, Elisabeth Milot et Marie-Andrée Gaudet, vos zygomatiques vont chauffer autant que vos cordes vocales, croyez-moi sur parole… ;)   Ils reviennent donc en cette édition 2014, avec pour mission de mettre le feu au Pavillon, mais aussi à la seconde Cotriade du samedi 9 août au Port de pêche!!! Yeeeeees!!! Billets déjà pris, off course! ;)      Voici l’un des morceaux les plus endiablés et sans aucun doute le plus participatif de leur répertoire scénique: La cave de d’hors de Calixte Duguay.

        Image de prévisualisation YouTube

    Moya Brennan, la voix emblématique du mythique groupe Clannad (invité en 2013), forme aussi, avec Cormac de Barra, un duo de harpistes-chanteurs. Tous deux se produiront donc le 9 août au Palais des Congrès pour la Grande Soirée de la Harpe celtique.

        Image de prévisualisation YouTube

    Alors qu’elle était complètement inconnue à sa première venue au FIL en 2013, il y a fort à parier que cette année, plus personne ne pourra l’ignorer… En effet, l’acadienne Caroline Savoie, auréolée de sa notoriété toute récente due à sa participation à The Voice sur TF1 dans l’équipe de Mika, va faire son retour à Lorient, par la grande porte cette fois-ci, dans la programmation officielle. En plus de ses prestations au Pavillon de l’Acadie (passage obligé), elle sera le 9 août dans l’arène du Stade du Moustoir pour le Grand Concert de Clôture, aux côtés de The Strypes, Salsa Celtica et The Dubliners remaniés. Même si elle n’est pas forcément la candidate la plus connue du télé-crochet en raison d’une élimination assez précoce (juste avant les quarts de finale), nul doute que les festivaliers lui feront bon accueil, et qu’elle sera l’un des « moteurs » de la venue du public à ce concert de clôture! :)   Voici la vidéo de l’une de ses prestations au Pavillon en 2013: foin d’Ain’t no Sunshine (qui lui avait permis de se qualifier aux auditions de The Voice en faisant se retourner les quatre coachs au bout de 30 secondes!), de Keane ou de London Grammar, il s’agit de Petitcodiac de Zachary Richard…

        Image de prévisualisation YouTube

    A tout seigneur, tout honneur! Je conclus cette playlist de l’Année de l’Irlande avec un véritable monument de la musique irlandaise (et je ne dis pas ça que par rapport à l’âge des musiciens! LOL!), probablement, avec The Chieftains, le plus ancien groupe irlandais encore en activité: The Dubliners! Le groupe mythique, présent à Lorient dès les toutes premières heures du FIL en 1971, aura la lourde charge de clore cette Année de l’Irlande lors du grand concert final au Moustoir le 9 août. Depuis le décès de Barney MacKenna, l’un des derniers membres fondateurs, le groupe a fait quelque peu peau neuve. C’est pourquoi les papys irlandais reviennent dans une nouvelle formation, rebaptisée The Dublin Legend, en s’adjoignant les services de Gerry O’Connor au banjo. Mais l’essence du groupe et son âme sont restées intactes. Voici donc, pour conclure, le trépidant Whiskey in the jar, grand classique du répertoire irlandais.

    Bonne écoute à tous, et RDV à Lorient le 1er août! ;)



Gens de France, retenez bien ce qu’ont fait pour vous les hommes de…

  6 juin 1944 – 6 juin 2014… Aujourd’hui, on commémore les 70 ans du Débarquement allié en Normandie… Les cérémonies officielles ont lieu dans le Calvados, dans la zone de Juno Beach. De nombreux chefs d’Etat ont fait le déplacement pour la commémoration de la plus vaste opération militaire de l’Histoire, qui allait conduire à la fin de la Seconde Guerre Mondiale.

    Cette année, le moins qu’on puisse dire, c’est que nous ingurgitons de les guerres mondiales à toutes les sauces, puisque 2014 marque, non seulement, les 70 ans du Débarquement en Normandie, mais aussi (en novembre prochain), le centenaire de la 1ère GM. La Seconde Guerre Mondiale m’a toujours passionnée, et j’ai beaucoup de respect pour tous ces soldats venus du monde entier combattre en Europe. J’ai donc voulu, en matière d’hommage, apporter ma pierre à l’édifice, à ma façon, et en restant dans le sujet de ce blog. C’est pourquoi j’ai sélectionné pour célébrer cette date particulière, quelques morceaux de musique celtique se rapportant au thème de la 2ème GM et du Débarquement. Voici cette playlist-hommage.

SEIN 1940

(Paroles: Tri Yann, 2003/ Musique: traditionnel)

    En 2003, sur l’album Marines, les Tri Yann ont exhumé un pan méconnu de l’Histoire de la 2ème GM et de l’Histoire bretonne… En effet, le titre Sein 1940 rend hommage aux cent-vingt-deux hommes valides de l’île de Sein (Finistère) qui, suite à l’appel de Londres le 18 juin 1940, s’embarquèrent sur leurs bateaux et rejoignirent le général De Gaulle en Angleterre pour s’engager dans les forces alliées. Historiquement, les Sénans furent LES premiers français à gagner l’Angleterre et entrer dans la Résistance, mais ça, beaucoup de gens l’ignorent… Pour l’anecdote, on prétend même que De Gaulle, passant en revue les premiers groupes de volontaires, demandant aux hommes d’où ils venaient et entendant très souvent répondre « De l’île de Sein! », se serait écrié: « Sein est le quart de la France! ». Bon nombre des Sénans furent enrôlés dans le Commando Kieffer, unité spéciale de fusilliers marins, qui fut le seul contingent de soldats français à prendre part au Débarquement en Normandie. Le général n’oubliera pas le tribut payé par l’île de Sein à la 2ème GM et, après la guerre, nomma l’île Compagnon de la Libération (cinq communes françaises seulement recevront cet honneur).

    On raconte également (et quand je dis « on », je pourrais tout aussi bien dire Jean-Louis Jossic ;) …) que le soir de la Saint-Sylvestre, les femmes de Sein, s’ennuyant et voulant rejoindre leurs maris à Londres, arrachèrent l’île aux fonds marins et la menèrent jusqu’en Angleterre à l’aide de rames gigantesques… Mais ça, c’est une autre histoire dans l’Histoire, et c’est aussi (selon les Tri Yann et Per-Jakez Hélias), la dernière née des légendes bretonnes… ;)

PAROLES:

1. Mille neuf cent quarante, à la fin de juin

Cent vingt-deux hommes de l’île de Sein

Prennent la mer sur six bateaux

Pour l’Angleterre là-haut

Lutter pour la liberté

C’est outrance, Grands de France,

Lorsque de leurs enfants vous vous défiez

2. Parlaient-ils français, parlaient-ils breton?

Peu vous importait alors la question

Ils avaient entendu l’appel

Crié « Kentoc’h mervel! »

Peint « Frankiz » sur leurs cirés.

C’est offense, Grands de France,

Que de condamner leur langue au bûcher

C’est violence, Grands de France,

Que de condamner leur langue au bûcher.

3. Voulant suivre leurs hommes en Albion

Les Sénanes arrachant leur île aux fonds,

A la rame la menèrent

Droit vers l’Angleterre

Cap au nord dans les embruns

Quand on pense, Grands de France,

Vous leur déniez tout droit citoyen.

4. Deux années passèrent, et puis deux années,

Pour ceux qui revirent Saint-Guénolé

Tous n’étaient pas du voyage

Quand finit l’orage

Il en manqua plus de vingt.

Gens de France, retenez bien

Ce qu’ont fait pour vous tous ces marins

Gens de France, retenez bien

Ce qu’ont fait pour vous les hommes de Sein…

        Image de prévisualisation YouTube

      Sein 1940, version live avec l’ONPL en 2004…

 

LANCASTRIA

(Paroles et musique: Tri Yann, 2007)

    Encore un drame méconnu de la 2ème GM sorti de l’oubli grâce à Tri Yann… En 2007, sur l’album Abysses, le groupe évoque, avec la chanson Lancastria (probablement le plus beau titre qu’ils aient composé en 43 ans de carrière), la plus terrible catastrophe maritime de tous les temps: le naufrage du paquebot écossais Lancastria. Le 17 juin 1940, la veille de l’appel de Londres, et alors que la France est en pleine débâcle face à l’avancée allemande, le Lancastria est réquisitionné pour participer à l’évacuation des soldats britanniques présents sur le territoire français, ainsi que d’un grand nombre de réfugiés civils, belges ou polonais. 8000 à 9000 personnes ont embarqué à bord du paquebot, dont la capacité d’accueil n’était que de 3000 personnes. La nuit du 17 juin, dans le port de Saint-Nazaire, le Lancastria est pris pour cible et bombardé par les avions de la Luftwaffe. Le bateau coulera en vingt minutes, jetant à la mer ses passagers dans le mazout en flammes. Le nombre des noyés, brûlés ou disparus est considérable: on l’estime entre 4000 et 7000 (contre « seulement » 1500 victimes pour le naufrage du Titanic). Les semaines suivantes, des centaines de cadavres seront rejetés par la mer sur les plages de Loire-Atlantique et de Vendée.

    A l’époque, le drame du Lancastria sera complètement passé sous silence en Angleterre sur ordre de Churchill pour, soi-disant, soutenir le moral des troupes… Ce qui explique que ce naufrage soit encore si méconnu aujourd’hui, d’autant plus que les documents du bord sont encore classés secret défense jusqu’en 2040… Par conséquent, que reste-t-il aujourd’hui du Lancastria? Un site Internet ( www.lelancastria.com ), où l’on peut lire de nombreux témoignages de rescapés, un film documentaire de France 3 Ouest (Lancastria: histoure d’un naufrage confidentiel), une commémoration chaque 17 juin à Saint-Nazaire, et la chanson de Tri Yann… Le groupe a contribué à sa façon à tirer cette tragédie de l’oubli. Et de quelle façon! Lancastria est une chanson qui déchire les tripes, émeut et touche en plein coeur: chaque note est polie avec la pureté d’un joyau, chaque mot est réfléchi pour nous toucher en plein coeur, et nous faire vivre corps et âme la détresse des passagers. C’est grâce à Tri Yann et à ce titre que j’ai découvert l’histoire du Lancastria… Et Lancastria a une place particulière dans mon coeur, car il s’agit de la toute première chanson qui m’ait fait pleurer en concert! Trois fois je l’ai entendue en concert, trois fois j’ai fondu en larmes… Et pourtant, je n’ai pas la larme facile en musique, loin de là… Comment, je vous le demande bien, comment ne pas être bouleversé par cette tragédie, à moins d’avoir un coeur de pierre? Au-delà de l’ensemble de la chanson, c’est à chaque fois le dernier couplet, en ce qui me concerne, qui rompt la digue… En effet, le dernier couple, développe une poignante allégorie de l’Europe, qui serait plus que jamais à méditer en ces temps difficiles…

    Merci Tri Yann pour avoir réveillé nos consciences! Et respect inconditionnel pour les victimes de ce naufrage: n’oublions pas la tragédie du Lancastria!

PAROLES:

1. Licorne, qu’as-tu vu du ras de l’océan,

Que de ta peau fendue coule jaune ton sang?

J’ai vu jaune l’ajonc, au loin une fumée

Jaune le rire des hommes cachant leur désarroi,

Les châteaux des enfants sur les plages de Retz,

Les flèches du soleil sur le Lancastria.

2. Licorne, qu’as-tu vu sur la côte? A présent,

De ton flanc lacéré gris s’écoule ton sang?

J’ai vu gris sur les quais les trains de réfugiés,

Gris les coeurs des Anglais revenant des combats,

Les daurades fuyant loin du Grand Charpentier,

Mais l’espoir d’embarquer sur le Lancastria.

3. Licorne, qu’as-tu vu à dix millles au ponant,

Que ton sang devient bleu comme bleu l’océan?

J’ai vu bleu dans le ciel l’hirondelle s’envoler,

Bleue la barre des pins à l’horizon là-bas,

Bleus les yeux d’un enfant, tenant son chien serré

En montant rassuré sur le Lancastria.

4. Licorne, d’où viens-tu, de quel fol ouragan,

Que ton ventre brûlant vomit rouge ton sang?

J’ai vu rouge un volcan dans la cale exploser,

Des torrents rouge feu crachés par les stukas,

Le cheval du gymnase par les flammes embrasé,

J’ai vu rouge la mort sur le Lancastria.

5. Licorne, d’où viens-tu, d’où l’on ne revient pas?

De tes chairs déchirées gicle un sang noir, pourquoi?

J’ai vu noire la mer dévorant les noyés,

Les poumons mazoutés, le chant noir des soldats,

Les os noirs des brûlés dans les vagues jetés,

Noire la cloche du glas sur le Lancastria.

6. Blanche colombe! Du levant venue,

Sur tes ailes déployées, dis-nous, qui portes-tu?

Une fillette née au milieu des combats,

Aimez-la comme vôtre: elle s’appelle Europa…

        Image de prévisualisation YouTube

      Lancastria

    * NB: La « Licorne » en question, racontant les événements, est un narval (qu’on appelle aussi licorne de mer)…

    – Chaque couplet (à l’exception du dernier, qui lui développe l’allégorie de l’Europe-enfant) s’articule autour d’une couleur différente. En interview, Jean-Louis Jossic a raconté avoir écrit les paroles de la chanson avec des crayons de couleur, afin de mieux s’imprégner encore de l’ambiance qu’il souhaitait faire transparaître dans les couplets: jaune pour le sable et le soleil, gris pour la poussière, rouge pour le sang, noir pour la mort…

FORTUNAT (La Virée)

Paroles et musique: Raynald Basque

    Fortunat, c’est l’histoire vraie de Fortunat Haché, soldat acadien qui participa au Débarquement de Normandie au sein du North Shore Regiment, régiment d’infanterie du Nouveau-Brunswick…

PAROLES:

 

REFRAIN: Fortunat marche comme un soldat

Un vétéran de Bertrand, du North Shore Régiment

Comme son beau-frère Cléophas

Ils n’étaient pas des lâches, au temps de leur jeune âge

  En France dans les années 40
  42, 43 c'était pas beau là-bas
  Et jusqu'en 45, toujours avec un flingue
  Pour défendre notre Canada

Fortunat marche comme un soldat

Un vétéran de Bertrand, du North Shore Régiment

Comme son beau-frère Cléophas

Ils n’étaient pas des lâches, au temps de leur jeune âge

 Par ici on pense avoir tout vu
 En r'gardant les p'tites vues, avec de faux Allemands
 Des canons qui sont faits en carton
 Du ketchup pour le sang, Ah oui ç'a l'air bien convainquant

Fortunat c’était un vrai soldat

Un vétéran de Bertrand, du North Shore Régiment

Comme son beau-frère Cléophas

Ils n’étaient pas des lâches, au temps de leur jeune âge

 Aujourd'hui ils sont dans ce village
 Ces gens d'un certain âge qu'on respecte par ici
 En novembre au temps de l'Armistice
 Ils pensent aux sacrifices, à ceux qui ont perdu la vie

Fortunat marche comme un soldat

Un vétéran de Bertrand, du North Shore Régiment

Comme son beau-frère Cléophas

Ils n’étaient pas des lâches, au temps de leur jeune âge

 La guerre faudrait jamais la faire
 Mais comme l'Angleterre n'a pas eu le choix
 Fortunat et bien d'autres soldats
 Sont v'nus à vos côtés pour défendre la liberté

Fortunat marche comme un soldat

Un vétéran de Bertrand, du North Shore Régiment

Comme son beau-frère Cléophas

Ils n’étaient pas des lâches, au temps de leur jeune âge

 En plus d'avoir bravé la mort
 Fortunat est rev'nu accablé de remords
 Ce n'est que cinquante quatre ans après,
 Car sa fille le cherchait, que Ria l'en libéra

Fortunat est maintenant grand-papa

Il a une descendance en Hollande sur trois générations

Enfants de la libération

Quand la guerre faisait rage au temps de leur jeune âge

Ils n’étaient pas des lâches au temps de leur jeune âge…

      

Image de prévisualisation YouTube

        La Virée chante Fortunat sur la scène du Pavillon de l’Acadie, au FIL 2010…

 

      Et pour terminer…

    Une vidéo un peu insolite, mais qui correspond tout à fait à cet article: le pipe-band de Nijmegen (Pays-Bas), jouant avec une fanfare militaire le thème du générique de Band of BrothersBand of Brothers (Frères d’armes), c’est l’extraordinaire mini-série réalisée par Tom Hanks et Steven Spielberg en 2001, couronnée par d’excellentes critiques et une pluie de récompenses prestigieuses (Golden Globes, Emmy Awards), qui retrace l’histoire des soldats de la Easy Company, une unité parachutiste d’élite de la 101ème division aéroportée de l’armée américaine. Au fil des épisodes, nous suivons les soldats de la Easy de leur camp d’entraînement géorgien jusqu’en Normandie, du Jour J à la prise de Carentan, de la Hollande avec l’opération Market Garden jusqu’à l’enfer enneigé et les conditions précaires de la Bataille des Ardennes, d’Alsace-Lorraine jusqu’au « nid d’aigle » d’Hitler en Bavière… Reconstitutions ultra-réalistes, réalisation époustouflante, interprétation à couper le souffle par un casting cinq étoiles (Damian Lewis, David Schwimmer, Donnie Wahlberg, Michael Fassbender, James MacAvoy, Neal McDonough pour ne citer que quelques noms pêle-mêle…), histoire émouvante et personnages attachants… Les critiques sont le plus souvent dithyrambiques sur la série, et moi-même je ne taris pas d’éloges à son sujet… C’est pourquoi je trouve sympa de clore mon article commémoratif du D-Day avec cette vidéo: comme il s’agit d’un PIPE-BAND, elle a parfaitement droit de cité dans cet article, et ça me permet de faire un clin d’oeil à ma série préférée… ;)

        Image de prévisualisation YouTube

    Le mot de la fin?

    A tous ceux qui sont morts pour la France…

    A tous ceux qui se sont battus pour la liberté en Europe…

    A toutes les victimes, soldats, civils ou résistants…

    Bref, à tous ceux qui ont oeuvré pour l’Europe et le monde, pour que nous vivions aujourd’hui dans un monde en paix, qui ont donné leur vie pour préserver notre liberté, je rends ce modeste hommage. C’est pourquoi ma conclusion tient en un mot comme en cent: MERCI!!!!



Actus: Tri Yann fonde un collectif d’artistes bretons pour soutenir la réunification de la Bretagne

    Minute politique du jour, qui trouve entièrement sa place ici…

    Je ne vous apprendrai rien en vous parlant du projet de réforme du « millefeuille territorial » , qui devrait aboutir à terme à un redécoupage des régions. La dernière réforme de ce genre date du mandat de VGE. Si ce projet est mené à bien, des fusions devraient s’opérer entre régions, deux par deux, telles que la Bourgogne et la Franche-Comté, la réunification des deux Normandies (Haute et Basse), un rassemblement de l’Alsace et de la Lorraine, comme dans l’ancien temps, ou encore une fusion entre les Pays de Loire et la Région Centre, qui donnerait lieu à une grande région Val de Loire. Mais aussi… le rattachement de la Loire-Atlantique à la Bretagne, fiévreusement demandé depuis des années par tous les partisans de la « Bretagne historique », à cinq départements (Nantes ayant toujours été la capitale historique du duché de Bretagne).

    Or, les Tri Yann, Jean-Louis Jossic en tête, viennent de fonder un collectif d’artistes bretons pour soutenir la réunification de la Bretagne. Le groupe ayant toujours milité pour le rattachement de la Loire-Atlantique à la Bretagne, cela n’a surpris personne. De nombreux artistes bretons ont déjà signé en faveur de ce collectif: Alan Stivell, Gilles Servat, Nolwenn Korbell, Dan ar Braz, Mariannig Larc’hantec, Etienne Grandjean, Sylvain Barou, Louis Capart, Alan Simon, Yvon Etienne, Yves Ribis, Soïg Sibéril, Brieg Guervenno, Pat O’May, les Frères Guichen, Jean-Louis Le Vallégeant, Gweltaz Ar Fur, Taran Celt, Daonet…

    Je n’ai pas pour habitude de discuter sur ce blog des questions politiques ou de faire étalage de mes opinions, mais cette fois-ci je ne peux pas y couper. En ce qui me concerne, je suis favorable à une réforme des régions, dans le sens d’un redécoupage logique et légitime. Si je suis mitigée sur les potentielles fusions de plusieurs régions, plusieurs autres en revanche m’apparaissent comme logiques, et surtout légitimes: réunir l’Alsace et la Lorraine comme c’était le cas avant… Réunifier la Normandie pour former une seule et même région plus forte à 5 départements, parce que c’est complètement con d’avoir deux Normandies différentes… Fusionner les Pays de Loire et la Région Centre pour créer une Région Val de Loire (sans compter que ça a quand même plus de gueule de dire qu’on vient de région Val de Loire plutôt que de Région Centre!  ;)  LOL ). Et je suis également pour le rattachement de la Loire-Atlantique à la Bretagne, qui est légitime… En effet, la Loire-Atlantique faisait partie intégrante de la Bretagne jusqu’à la 2ème GM, avant d’en être dissociée par Pétain. De plus, Nantes a toujours été la capitale historique de la Bretagne, c’est à Nantes, et non pas à Rennes, qu’est situé le Château des Ducs de Bretagne, et le sentiment d’appartenance à la Bretagne et l’héritage culturel bretons ont toujours été très forts en Loire-Atlantique, alors que historiquement Nantes et la Loire-Atlantique n’ont jamais été bretonnants (tout comme Rennes, la capitale administrative). Le rattachement de la Loire-Atlantique à la Bretagne, conformément à ce qui est envisagé dans la future réforme territoriale, ne serait donc que justice, et marquerait un aboutissement des attentes de tous les partisans pro-réunification.

    C’est donc tout naturellement que je souscris à 200 % à l’initiative des Tri Yann et de leurs homologues qui, je l’espère, sera couronnée de succès et débouchera sur le rattachement tant attendu et demandé.

    Comme causer de politique, c’est souvent chaud, et que la musique adoucit les moeurs… j’ai envie de clore cet article en musique, tout en restant dans le sujet… L’émouvante chanson de Dan ar Braz et Clarisse Lavanant J’avais cinq enfants, composée en 2012 pour l’album et le spectacle Celebration, défend l’idée d’une Bretagne à 5 départements en employant la métaphore d’une Bretagne comme figure matricielle, comme une mère. Le texte serait à méditer en profondeur…

        Image de prévisualisation YouTube

    Dan ar Braz et Clarisse Lavanant interprètent J’avais cinq enfants lors du concert Celebration au FIL, au Slipway du port de pêche de Lorient, le 11 août 2012…

J’AVAIS CINQ ENFANTS (Dan ar Braz/Clarisse Lavanant)

1. J’avais cinq enfants réunis

En un même pays

Entre la pierre et la mer

Cinq enfants de rivières

Dont j’étais la source mère

Lorsque j’étais entière

J’avais cinq enfants, aujourd’hui

Il me manque une fille

2. C’est bien plus qu’un morceau de terre

C’est un bout de ma chair

Arrachée à mes frontières

Devenues étrangères

Dans une même géographie

D’autres vents lui ont dit:

« Que vous l’ayez ou non choisi

Vous n’êtes plus d’ici »

3. Mais qu’a-t-on fait de notre histoire?

Il y a dans sa mémoire

Des villes et tant de passions

Qui portent encore mon nom

Le sang d’un peuple insoumis

Dans ses veines bat aussi

Comme le coeur d’une reine endormie

Elle reste en moi depuis…

4. J’avais cinq enfants réunis

Sous le ciel de mes nuits

Entre Clisson et Fougères

Cinq enfants de lumière

Dont j’étais la source mère

Lorsque j’étais entière

J’avais cinq enfants, aujourd’hui

Rendez-moi cette fille…



FIL 2014: demandez le programme!

FIL IRLANDE

    Voici comme promis, chers amis, les grandes lignes de la programmation du FIL 2014. Pour le programme complet, les tarifs et plus amples informations, veuillez consulter le site du FIL: www.festival-interceltique.com

    Petite précision avant de commencer: le principe du Badge FIL à 3 euros initié en 2013, l’une des solutions mises en place pour pallier le déficit financier, permettant d’accéder à de nombreuses animations sur les 10 jours (arrivée de la Grande Parade au Slipway, Masters class du Palais des Congrès, festoù-noz à la Salle Carnot, concerts de l’Espace Bretagne…), va être reconduit cette année en raison du joli succès rencontré lors de l’édition précédente (plus de 37 000 badges vendus pour près de 111 000 euros de bénéfices pour le FIL). Les sites et spectacles auxquels il ouvre ne changent pas.

    Le code couleurs que j’utilise dans le recopiage de la programmation s’établit comme il suit: en rouge, les rendez-vous incontournables; en rose, les spectacles du Palais des Congrès; en vert, les concerts et créations du Grand Théâtre; en bleu, les concerts des têtes d’affiche à l’Espace Marine et le Grand Concert de Clôture au Moustoir le samedi 9; en bleu ciel, le Concert pour Celtes en devenir (concert pour enfants) du mardi après-midi; en orange, les divers concours et trophées de musiques et de danses; en gris, les événements sportifs; et enfin en prune, les « éclats d’artifice » d’ouverture et de clôture. A vos agendas!

      Vendredi 1er août 2014:

    15 h: Présentation de la course cycliste Kreiz Breizh Elites (Place de l’Hôtel de Ville)

    19 h 30: Cotriade n°1 (Port de Pêche), avec Les Mat’lots du Vent, Capstern (Bretagne) et un couple de sonneurs

    0 h 00: « Degemer mat », éclair d’artifice de bienvenue (lancement depuis le port de plaisance)

      Samedi 2 août 2014:

    à partir de 10 h: Championnat National des Bagadoù de 1ère catégorie (Stade du Moustoir), 2ème catégorie (Terrain annexe du Moustoir) et 4ème catégorie B (Esplanade du Grand Théâtre)

    21 h: Soirée d’ouverture Année de l’Irlande « The Glanmore Concert » (Grand Théâtre), avec Liam O’Flynn, Micheàl O’Sùilleabhàin, Paddy Glackin et Neil Martin

    21 h 30: Soirée Folk (Palais des Congrès), avec Skipper’s Alley (Irlande) et Rag Foundation (Pays de Galles)

    22 h: Bernard Lavilliers (Espace Marine)

    22 h: Nuit Interceltique n°1 (Stade du Moustoir)

      Dimanche 3 août 2014:

    10 h: Grande Parade des Nations Celtes (départ Stade du Moustoir, arrivée Port de Pêche Slipway)

    17 h: An Dro The World (Port de Pêche)

    19 h: Triomphe des sonneurs (Centre ville)

    21 h: « Anne de Bretagne, renaissante », oratorio de Roland Becker avec l’Ensemble de Bretaigne Armoricane (Grand Théâtre)

    22 h: « Fête entre Celtes », avec Donnal Lunny Trio & Gilles Servat (Espace Marine)

    22 h: Nuit Interceltique n°2 (Stade du Moustoir)

      Lundi 4 août 2014:

    10 h: 10ème Trophée Bothua-Raud (Palais des Congrès)

    14 h: 18ème Concours international de Pibroc’h (Palais des Congrès)

    21 h: Barzaz – 1ère partie Dengekan (Grand Théâtre)

    21 h 30: Soirée Folk (Palais des Congrès), avec Tony Mc Manus (Ecosse), Maggie McInness Duo (Ecosse) et Caramuxo (Galice)

    22 h: Grande Nuit de l’Irlande (Espace Marine): Lùnasa et l’Orchestre du Festival « The Brendan Voyage »

      Mardi 5 août 2014:

    15 h: Concert pour Celtes en devenir: Cécile Corbel chante « Terre des Ours » (Palais des Congrès)

    21 h: Suzanne Vega (Grand Théâtre): Hommage à Pete Seeger

    21 h 30: Grande Soirée de la Cornemuse (Palais des Congrès), avec Le Bot/ Chevrollier (Bretagne), Fred Morrisson (Ecosse)…

    22 h: Yves Lambert (Québec) – 1ère partie Dervish (Espace Marine)

    22 h: Nuit Interceltique n°3 (Stade du Moustoir)

      Mercredi 6 août 2014:

    21 h: Dañs Akademi (R) Evolutions (Grand Théâtre)

    21 h 30: Soirée Folk (Palais des Congrès), avec Soïg Sibéril (Bretagne), Dylan Fowler (Pays de Galles), Ian Melrose (Ecosse)

    22 h: « Dans l’univers des bardes »: Catrin Finch & Seckou Keïta – Anoushka Shankar (Espace Marine)

    22 h: Nuit Interceltique n°4 (Stade du Moustoir)

      Jeudi 7 août 2014:

    21 h: Ross Ainslie & Jarlath Henderson – The Ollam (Grand Théâtre)

    22 h: « Femmes gaéliques » avec Mary Black, Frances Black et Aoife Scott – 1ère partie Julie Fowlis (Espace Marine)

    22 h: Nuit Interceltique n°5 (Stade du Moustoir)

      Vendredi 8 août 2014:

    15 h: Concours d’accordéon (Palais des Congrès)

    21 h: « Avaz » – 1ère partie Caramuxo (Grand Théâtre)

    21 h 30: Grande Soirée Accordéon (Palais des Congrès)

    22 h: Red Cardell & Bagad Kemper « Fest Rock » – 1ère partie Dixebra (Espace Marine)

      Samedi 9 août 2014:

    15 h: Trophée des Harpes Camac (Palais des Congrès)

    19 h 30: Cotriade n°2 (Port de Pêche) avec Prenez Garde! (Acadie), Vent de Noroise (Bretagne) et un couple de sonneurs

    21 h: « Breizh Kabar », création de la Kevrenn Alré avec Saodaj (La Réunion) – Invité: Firmin Viry (Grand Théâtre)

    21 h 30: Grande Soirée de la Harpe Celtique (Palais des Congrès), avec Cormac de Barra & Moya Brennan (Irlande), Robin Huw Bowen (Pays de Galles), Rozenn Tallec & Lina Bellard (Bretagne)

    22 h: Grand Concert de Clôture (Stade du Moustoir), avec The Dublin Legends (Irlande), The Strypes (Irlande), Salsa Cetica (Ecosse) et Caroline Savoie (Acadie)

      Dimanche 10 août 2014:

    09 h 30: Les 10 miles interceltiques (course pédestre au centre-ville)

    14 h 30: Concours de danse Kément Tu (Espace Marine)

    15 h: Trophée Paysan Breton – Matelin An Dall (Palais des Congrès)

    0 h 00: Kenavo An Distro (feu d’artifice de clôture au port de plaisance)

    Voiloù pour le programme. Prochainement, la playlist… ;)



44ème Festival Interceltique de Lorient, du 1er au 10 août 2014, Année de l’Irlande: la programmation dévoilée!

    Ca y est, enfin!!! :D La programmation du FIL 2014, du 1er au 10 août prochains, a été dévoilée hier soir!!! :D

    Cette année, le FIL se met au vert. En effet, cette 44ème édition sera consacrée à l’Irlande, mémoire et rêve du monde celtique, et berceau historique de la culture celtique européenne. Le visuel de l’affiche de cette année, superbe, est inspiré du Livre de Kells.

    Mais passons aux choses sérieuses: les noms! Seront présents entre autres cette année à Lorient: Bernard Lavilliers (si si! ), Gilles Servat (hiiiiii!) & Donal Lunny, pour un grand concert de « frat-Eire-nité » irlando-bretonne, Roland Becker aux manettes d’une création réalisée pour les 500 ans de la mort d’Anne de Bretagne, Lùnasa, Liam O’Flynn & l’Orchestre du Festival à la Grande Nuit de l’Irlande pour une re-création exceptionnelle de l’oeuvre pour orchestre et uileann-pipe de Shaun Davey The Brendan Voyage (hiiiiiiiiiiiiiiii!!!!!!!!!!! :D ), Cécile Corbel à l’affiche du Concert pour Celtes en devenir, Suzanne Vega au Grand Théâtre pour un hommage à Pete Seegers, l’accordéoniste québécois Yves Lambert (ex-La Bottine Souriante), Anouschka Shankar (fille du célèbre sitariste Ravi Shankar) & Catrin Finch pour un concert autour de l’univers des bardes, la soirée Femmes gaéliques avec Mary Black, Frances Black, Aoife Scott et Julie Fowlis, Red Cardell & le Bagad Kemper pour la création Fest-rock, mon coup de coeur acadien de l’an dernier Prenez Garde! (hiiiii!!!! :D )  à la deuxième cotriade, et un grand Concert de Clôture au Moustoir avec The Dubliners dans une nouvelle formation (rebaptisée The Dublin Legend), The Strypes, Salsa Celtica et Caroline Savoie… Voilà pour les principaux noms de cette édition 2014.

    A la lecture, hier soir, j’ai été d’emblée plutôt satisfaite par cette affiche alléchante, et j’ai déjà des idées de concerts bien précises… C’est une programmation éclectique et audacieuse, fidèle aux orientations prises par le FIL depuis 2007 par Lisardo Lombardia et son équipe, parfois étonnante, mais néanmoins incontestablement solide. En tout cas, ce programme 2014 est bien plus attrayant que celui de la précédente Année de l’Irlande mitonnée par Jean-Pierre Pichard (prédécesseur « historique » de Lisardo) en 2005, qui n’avait pas franchement laissé de souvenirs impérissables.

    Ce que j’ai déjà prévu de faire à coup sûr: Gilles Servat, la Grande Nuit de l’Irlande, Cécile Corbel, la deuxième cotriade avec mes chouchous de Prenez Garde! … ;)   4 envies de spectacle d’emblée, sans compter les « incontournables », c’est plutôt pas mal. Le reste sera à l’avenant! ;)

    Je vous mettrai prochainement le programme plus détaillé, et ensuite ma traditionnelle playlist des artistes du FIL. Je vous laisse avec le teaser de l’édition 2014…

        Image de prévisualisation YouTube

    Dans les cartes à jouer, je demande… le trèfle!!! ;)



Télé: Une Acadienne à The Voice!

    Le 18 janvier dernier, alors que la seconde session des auditions à l’aveugle du télé-crochet de TF1 The Voice battent leur plein, une rumeur me parvient: il y aurait une Acadienne aux auditions. Tiens tiens… Dès que j’entends le mot Acadie, ma curiosité est piquée, forcément. Comme je ne regarde pas l’émission, il me suffit de quelques mots tapés dans Google pour apprendre le nom de la demoiselle et… ô surprise! C’est que je la connais, en plus, je l’ai déjà vue sur scène! En effet, la jeune Caroline Savoie a participé au FIL 2013, sous la bannière du Pavillon de l’Acadie! Voilà l’explication. Au sein de la délégation acadienne, du haut de ses 19 ans, elle effectuait sa première venue à Lorient. Au milieu d’artistes confirmés et habitués du FIL, comme Suroît, Dominique Dupuis ou La Virée, elle était encore inconnue au bataillon. Et inconnue, elle ne l’est pas restée longtemps… Elle a livré au Pavillon des prestations remarquées. En ce qui me concerne, je l’ai vue « de loin » au gré de mes déambulations, et je n’avais pas trop aimé ce qu’elle faisait, lui préférant de très loin (niveau « découvertes ») l’atypique groupe Prenez Garde. Mais incontestablement, elle a fait bonne impression au public. Et ensuite est venu The Voice… Lors des auditions, grâce à une interprétation brillante de la chanson Ain’t no sunshine de Billie Withers, la jeune fille a bluffé à l’unanimité les coachs, qui se sont tous les quatre retournés. C’est finalement l’équipe de Mika qu’elle a choisi d’intégrer.

    Je ne regarde pas The Voice (et de toute façon depuis quelques années j’ai un peu décroché de ce genre d’émissions), mais voir se qualifier dans l’émission une Acadienne vue au FIL et passée par la scène du célèbre Pavillon Acadien (l’un de mes endroits fétiches du FIL), m’a amusée et aussi agréablement surprise. Dès lors, même si je ne regarde pas l’émission, et même si je ne vote jamais pour les candidats de télé-crochet, je me suis tout de même tenue au courant de sa progression. Bah oui, vu qu’elle était au Pavillon de l’Acadie l’an dernier et que tout ceux qui transitent par le Pavillon Acadien me sont sympathiques, je la soutiens par principe ;)

    Bref, Caroline s’est ensuite illustrée sans difficulté aux « Battles », avec une interprétation jugée excellente d’un titre de London Grammar (et effectivement, elle l’était). Mika l’a donc gardée dans son équipe, pendant que son adversaire était repêchée par Garou. Et enfin, samedi dernier, opposée aux candidates Marina d’Amico et Jacynthe Véronneau (québécoise elle aussi) lors de l’Epreuve Ultime, elle a décroché son ticket pour les primes en direct (de même que Marina d’Amico), après avoir chanté Vancouver de Véronique Sanson, tandis que Jacynthe était éliminée. Le FIL a même officiellement témoigné son soutien à la jeune chanteuse sur Facebook.

    « L’Acadienne de The Voice » accède donc à la phase décisive des lives… qui pourraient, qui sait, la mener jusqu’en finale, car elle fait figure de favorite. C’est tout ce que je lui souhaite! ;) Eh bien, comme on dit chez nous autres, bonne chance Caroline! :)

   Voilà pour ce clin d’oeil acadiano-télévisuel que je me suis un peu sentie obligée d’écrire, étant donné les circonstances.

    Je vous laisse avec la vidéo de l’une de ses prestations au FIL 2013, où elle interprète Ain’t no sunshine, la chanson qui lui a permis de se qualifier aux auditions de The Voice:

        Image de prévisualisation YouTube



JT musical # 2

    Mesdames-messieurs, bonsoir

    A toutes les victimes des funestes événements survenus ces derniers jours en Ukraine, je dédie ce morceau, qui certes date d’une dizaine d’années, mais qui est plus que jamais de circonstance aujourd’hui: la Gwerz Kiev de Denez Prigent et Karen Matheson…

        Image de prévisualisation YouTube

    Voilà, ce sera tout. Point besoin d’en dire plus. La musique est parfois plus éloquente que bien des discours… :(



Tri Yann: les projets à venir 2014

    Fin janvier, les Tri Yann ont transmis à la mailing-list et au site officiel leurs voeux 2014, et en ont profité pour annoncer dans la foulée les projets à venir pour cette nouvelle année:

    - d’abord, la parution en ce début d’année chez Coop Breizh d’un diptyque rassemblant les albums Marines et Abysses réédités. Respectivement parus en 2003 et 2007, ces deux excellents albums consacrés à la mer, parmi les meilleurs du groupe, étaient introuvables depuis bien longtemps. Cette réédition est donc une bonne occasion, pour ceux qui ne les connaissent pas encore, de découvrir ces deux pépites (d’ailleurs, à la date où j’écris cet article, je crois que le diptyque est déjà sorti… J’ai trois trains de retard comme toujours… ;) :P )

    - Deuxième projet à venir: le nouvel album du groupe est actuellement en préparation. Son titre provisoire est Légendes… Tout un programme! :) Dans son message de voeux, le groupe l’a annoncé pour « dans quelques mois ». Cette estimation est très évasive, mais au moins ils sont prudents, ils ne s’engagent à aucun délai précis. Personnellement, sachant que nos Trois Jean sont perfectionnistes, et que, de l’aveu décontracté de Jean Chocun lui-même, au moment de la sortie de Rummadoù en 2011, ils sont « toujours à la bourre », je compterais plutôt sur ce nouvel album pour 2015. Mais bon, on verra bien! ;) Et, que ce soit pour dans un an ou plus, hâte qu’il sorte! ;)

    Et, bien entendu, les concerts ponctueront régulièrement cette année 2014. Le groupe va bientôt reprendre le chemin des concerts, après 3 mois de pause (le dernier concert de la saison 2013 était le 30 novembre au Zénith de Nantes). Prochain rendez-vous à Sarcelles le 28 février. Et pour moi, l’été prochain, ce sera… Saint-Servant sur Oust (Morbihan! :) ) le samedi 12 juillet!!!!!!!!!! Hiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii!!!!!!!!!! :)

    Toutes les infos à suivre sur le site officiel, bien sûr: http://edoll.free.fr/



Dix ans…

    27 décembre 2003 – 27 décembre 2013… Dix ans…

    Aujourd’hui, cela fait dix ans que j’ai découvert Tri Yann…

    C’est avec un brin de nostalgie, avec excitation, et avec une tendresse certaine que je considère ces dix années écoulées… A l’époque, j’avais 12 ans, j’étais collégienne, aujourd’hui j’en ai 22 et je suis diplômée de fac. Dix ans, ça fait un sacré bail! Dix ans au cours desquels ma vie a totalement basculé. Dix ans de passion triyannesque… De concerts en concerts, de rencontres en amitiés, du Centre à la Bretagne… Aurais-je pu croire, il y a dix ans, lorsque j’ai simplement acheté la compilation Le meilleur de Tri Yann vol. 2 en grande surface, que ma vie, et celle de ma famille, allait être à ce point bouleversée?? :D Si vous m’aviez dit ça il y a dix ans, je vous aurais certainement ri au nez. Et non, je ne pouvais pas à l’époque pressentir cette succession de causes et effets. Et c’est ce qui en fait la magie!!! :D

    Je n’en dis pas plus pour le moment. Mais comme tout anniversaire décennal, quel qu’il soit, se doit d’être fêté dignement, je vous concocterai certainement dans les prochaines semaines plusieurs articles tournant autour de mes dix années de passion Tri Yann… On resigne pour une nouvelle décennie, les gars??? ;) :D

    Je vous adresse du fond du coeur, chers lecteurs, mes meilleurs voeux pour l’année 2014 qui se profile!

    Celtic Chroniques, Tryanaute heureuse et comblée!!! :D



12345...7

Groupe Div'Har |
Gospel Motion......... |
sean't production |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Vie de musique et de paroles
| ELITE 1
| sandrineramirezvoice