Souffler les bougies!

ZOYEUX N’ANNIVERSAIRE, ZOYEUX N’ANNIVERSAIRE, ZOYEUX N’ANNIVERSAIRE MON BLOG!

ZOYEUX N’ANNIVERSAIRE!

    Eh oui! Aujourd’hui Celtic Chroniques souffle sa première bougie! :) Un an déjà que je vous fais partager ma passion pour la musique celtique! Pourvu que ça dure! On resigne pour un an au minium: ça vous tente? :)

    Pour fêter les 1 an de mon blog, je vous ai préparé quelque chose. Pas un jeu ou un concours avec des trucs à gagner, non! Juste un petit jubilé musical comme j’aime vous en concocter de temps à autre. Voyagez en Celtie au gré des écoutes…

    Voici! :)

    BRETAGNE…

        Image de prévisualisation YouTube

    Parce que c’est eux, parce que c’est moi, parce que c’est grâce à eux que tout a commencé pour moi… Parce que sans eux, je n’en serais pas là où je suis aujourd’hui, parce que je vais les revoir à Quimper dans 8 jours, parce que grâce à eux j’ai fait plein de belles rencontres, parce qu’ils ont su m’apprendre depuis 9 ans à rêver au fil de leurs chansons tant aimées… La liste serait trop longue, mais mes chers Tri Yann méritent la place d’honneur dans ce jubilé! :) Pelot d’Hennebont sous la pluie de Lorient… Pelot, ma première chanson de Tri Yann, qui restera ma préférée pour toujours…

        Image de prévisualisation YouTube

    Divent an dour, qui pourrait servir d’hymne interceltique, tellement ça a été traduit dans toutes les langues, même dans des langues qui n’existent pas encore sur notre planète… :)

        Image de prévisualisation YouTube

    Le plus beau titre composé par Tri Yann en 40 ans: Lancastria… C’est l’une de mes vidéos de concert. C’était la dernière fois que je l’ai entendue en concert (et comme à chaque fois j’ai fondu en larmes). La boîte de Kleenex est indispensable… Un titre infiniment beau et terriblement triste…

        Image de prévisualisation YouTube

    Mon premier concert de la tournée des 40 ans: entrée en scène sur Na I ri o à Redon…

        Image de prévisualisation YouTube

    L’un des innombrables exemples de l’engagement de Tri Yann… La Geste de Sarajevo (2001) rend hommage à Eric Hardouin, casque bleu de l’ONU abattu dans la tristement célèbre Sniper Alley pendant la guerre de Bosnie en 1995. Il a été, d’après ce qu’on dit, le seul casque bleu français tué à Sarajevo…

        Image de prévisualisation YouTube

    Et, parce qu’ils lui doivent un « fier picotin » (comme dit leur biographe Jean Théfaine), il n’est pas question de dire « Foin  de La jument de Michaud« , leur mégatube! :) Vidéo prise au concert de Mantilly, en Normandie, le 19 juillet 2009. J’y étais à ce concert, :) , et c’est là que j’ai pu rencontrer le groupe et échanger pour la première fois avec eux… :) Bled paumé en pleine campagne, mais magnifique concert! :)

       

        Image de prévisualisation YouTube

    Alan Stivell, Suite Sudarmoricaine. Ces images sont très rares, car elles datent de 1973, année où Stivell cartonnait grâce à son fameux Olympia. Les connaisseurs identifieront les deux jeunes guitaristes: Dan ar Braz, qui n’avait pas encore commencé sa carrière solo, et Gabriel Yacoub, avant la fondation de Malicorne…

        Image de prévisualisation YouTube

    Gilles Servat, crooner, poète, rebelle, « grande gueule » de la Bretagne militante est, comme les Tri Yann (qu’il a parrainnés à leurs débuts) et Stivell, l’un des quatre piliers de la musique bretonne. Parce que la musique de Gilles, ce n’est pas que La blanche hermine, parce que je vais moi aussi filer, dans 8 jours, sur la route de Kemper (pour Tri Yann), et parce que j’adore cette chanson, je mets La route de Kemper!

        Image de prévisualisation YouTube

    C’est la première chanson de Gilles Servat que j’ai entendue… Eléonore, sublime ballade, traduction d’une mélodie irlandaise d’O'Carolan…

        Image de prévisualisation YouTube

    Quatrième « pilier » de la musique bretonne: le guitariste quimpérois Dan ar Braz, qui fit ses premières armes chez Stivell. L’Héritage des Celtes étant une période absolument fondamentale de sa carrière, en parler était obligé. Left in Peace est l’un des tubes incontournables de L’Héritage. Avec l’écossaise Karen Matheson (Capercaillie), la galloise Elaine Morgan, le Bagad Kemper et Michael Jones et Jean-Jacques Goldmann en guests spéciales…

        Image de prévisualisation YouTube

    Denez Prigent, le « petit prince de la gwerz » au Stade de France, pour la Nuit Celtique 2003. E trouz ar gêr avec les bagadou, ça dépote sec! :)

        Image de prévisualisation YouTube

    Soldat Louis, Du rhum des femmes. Cette chanson à boire leur a amené le succès en 1988, mais malheureusement les a trop catalogués dans la catégorie « chanson de comptoir, crue et paillarde ». Enfin, bon… J’aime bien quelques titres, mais voilà quoi… Soldat Louis, c’est pas trop ma tasse… de rhum, ni celle de mes tympans, d’ailleurs…

        Image de prévisualisation YouTube

    Cécile Corbel, la fée à la harpe, dont je suis devenue fan, est sans aucun doute la plus talentueuse représentante de la nouvelle vague bretonne… Sweet Amaryllis.

        Image de prévisualisation YouTube

    Parce que la Bretagne ne serait pas tout à fait la Bretagne sans les bagadou… un p’tit coup de Lann-Bihoué

      … et assimilés…

        Image de prévisualisation YouTube

    Nolwenn Leroy, Mna Na H Eireann, avec orchestre philharmonique…

        IRLANDE:

        Image de prévisualisation YouTube

    The Chieftains, groupe mythique, musiciens surdoués, l’un des meilleurs groupes que porte l’Irlande, bien qu’ils semblent se renouveler assez peu dans leurs concerts. Entre ce concert au FIL 2011 dont je vous propose un extrait, et leur concert au FIL 2008, je n’ai pas vu grande différence, mais j’avais préféré nettement 2008…

        Image de prévisualisation YouTube

    The Dubliners, aussi ancien et aussi mythique que les Chieftains. Rocky Road to Dublin.

        Image de prévisualisation YouTube

    Lunasa

        Image de prévisualisation YouTube

    A l’intention de ma fidèle lectrice, qui adore… :) Newfoundland, le merveilleux thème final de l’oeuvre de Shaun Davey Brendan Voyage… C’est l’un des plus beaux morceaux irlandais que j’ai jamais entendus… :)

        ECOSSE:

        Image de prévisualisation YouTube

    Capercaillie, LE groupe écossais de référence, fondé par Karen Matheson, qui sera l’une des voix principales de L’Héritage des Celtes, et qui est considérée comme l’une des meilleures chanteuses gaéliques…

        Image de prévisualisation YouTube

    Amazing Grace, bien sûr bien sûr…

        PAYS DE GALLES:

        http://www.dailymotion.com/video/x51za7

    Les fondamentaux de la musique galloise sont les choeurs masculins…

        GALICE:

        Image de prévisualisation YouTube

    Carloooooos! Carlos Nùnez est LA figure de proue de la musique galicienne!  Il est surnommé le « Jimmi Hendrix de la gaïta » . Non seulement, il est beau, mais en plus il a un talent monstrueux!!!! :) Je l’ai déjà vu deux fois en concert: magnifiques souvenirs! An Dro au Stade de France…

           Image de prévisualisation YouTube

    Mar Adentro, bouleversante…

        Image de prévisualisation YouTube

    Luar Na Lubre, Camarinas. Musique délicate, raffinée, onirique…

      ASTURIES:

        Image de prévisualisation YouTube

    Hevia, Busindre reel.

        CANADA & ACADIE:

        Image de prévisualisation YouTube

    Loreena McKennitt, Stolen Child (magnifique)

        Image de prévisualisation YouTube

    Suroît (les Tri Yann acadiens! :) ) . L’alambic du père Martin est la chanson grâce à laquelle j’ai découvert le groupe… :)

        CORNOUAILLES:

        Image de prévisualisation YouTube

    La petite région anglaise des Cornouailles ne compte pas énormément de grands noms de la musique celtique. Brenda Wooton en est la plus connue. La chanteuse décédée en 1994, qui a commencé sa carrière sur le tard, était appelée « La Grande Cornouaillaise ». Régulièrement invitée par le FIL dans ses premières années, elle en devint un temps la marraine…

        ILE DE MAN:

        Image de prévisualisation YouTube

    De même, l’île de Man a assez peu de représentants dans la musique celtique. Néanmoins voici le groupe King Chiaullee, qui s’est produit plusieurs fois à Lorient…

        … ET LES MELANGES:

        Image de prévisualisation YouTube

    Skilda, Shine, extrait du nouvel album à paraître, Skyewalker. Même si tout semble indiquer le contraire, Skilda est un groupe BRETON. C’est l’ami Konan Mevel (le piper de Tri Yann :) ), qui l’a fondé, partant sur la brillante idée de mélanger musique gaélique, musique bretonne et électro! Le résultat décape (je le confirme plus encore pour les avoir vus en showcase en 2008)! :)

        Image de prévisualisation YouTube

      Tri martolod irlandisé par les Chieftains et interprété par Vous-Savez-Qui, c’est pas vilain…

        Ce petit jubilé n’a pas l’intention d’être exhaustif, loin de là, mais de présenter les grandes lignes…

    Rendez-vous dans un an pour le deuxième anniversaire de mon blog! :) Chiche?? :)

       

       

       

       

       

       



Excalibur III The Origins: Alan Simon croise le fer avec les Anciens Celtes

  Excalibur III The Origins: Alan Simon croise le fer avec les Anciens Celtes dans Actus ExcaliburIIITheOrigins%20frontcover-v2_sm  En 1999, le musicien et auteur-compositeur nantais Alan Simon, encore peu connu du grand public, frappait un grand coup avec son album-concept Excalibur la Légende des Celtes, traitant de la légende arthurienne. A cette occasion, il a rassemblé une Table ronde assez impressionnante de grands noms du folk-rock et de la musique celtique, chacun incarnant un personnage précis: Tri Yann, Fairport Convention, Roger Hodgson (ex Supertramp), Angelo Branduardi, Denez Prigent, Dan ar Braz, Gabriel Yacoub (ex Malicorne), Nikki Matheson ou encore Carlos Nùnez. D’aucuns ont décrété « projet fou », « prise de risque »… Mais pari réussi: l’album devient disque d’or en quelques semaines et se classe dans plusieurs pays dans le top des ventes. L’album sera suivi de plusieurs concerts événements, notamment à Rennes (ce spectacle donnant lieu à un enregistrement live), Bercy et Quimper (pour le Festival de Cornouaille en 2000). Cette aventure est un plein succès, sur scène comme sur disque.

   En 2007, huit ans après le premier volet de la légende et quelques années après Gaïa (un album-concept à visée écologique), Alan Simon récidive, en sortant un second opus arthurien intitulé Excalibur II, l’Anneau des Celtes. Si le premier relatait les épisodes les plus connus de la légende arthurienne, le second traite des pans moins connus: la naissance de Merlin, la création d’Excalibur, les Tuatha de Dannan, la bataille contre les Formeriis… Là encore, de grands noms du folk-rock celtique sont conviés: Fairport Convention, Barclay James Harvest, Alan Parsons, Flook, Lunàsa, Karan Casey, Merzhin, The Moody Blues, King Crimsom… Ce second opus (qui sonne très irlandais), remporte lui aussi un joli succès. La chanson Circle of Life vaudra même à Alan un Award aux Etats-Unis! Excusez du peu…

    En 2009, on change de sujet: Alan consacre un opéra-rock magistral à Anne de Bretagne, dernière duchesse de Bretagne, deux fois reine de France et l’une des figures tutélaires de la région. Des artistes aussi divers que les groupes Ange, Fairport Convention, Tri Yann, Barclay James Harvest, le chanteur Nilda Fernandez, le vielliste Laurent Tixier ou la harpiste-chanteuse Cécile Corbel (dans le rôle-titre) participent au double album et aux spectacles conséquents, unanimement salués par les critiques. Les deux premières du spectacle ont eu lieu au Château des Ducs de Bretagne à Nantes en juin 2009. En novembre 2010, l’opéra-rock a été rejoué, pour un Tro Breizh de quatre dates à Ploemeur, Nantes, Quimper et Rennes. J’ai eu personnellement la grande joie d’assister à la « première » à Ploemeur le 5 novembre 2010, et je n’oublierai jamais ce spectacle extraordinaire!

    Ces deux mêmes années, en 2009 et 2010, Excalibur et ses chevaliers, dans une nouvelle formule, partent en tournée en Allemagne. C’est un carton phénoménal.

    Que ce soit pour Excalibur ou Anne de Bretagne, Alan Simon, artiste complet (musicien, chanteur, auteur-compositeur, écrivain, cinéaste…) s’affiche plus que jamais comme un rassembleur de talents hors pair! De plus, c’est quelqu’un de très simple et de vachement sympa (je l’ai rencontré à deux reprises), ce qui ne gâche rien!

    Et c’est en 2012, treize ans après le début de l’aventure, et après s’être attelé entre temps à l’écriture d’une trilogie fantastique sur le même thème, qu’Alan clôture sa trilogie musicale. L’ultime volet, Excalibur III The Origins, est paru le 13 février sur le label Celluloïd. Six ans de recherche, d’écriture et d’un vrai travail de titan ont été nécessaires pour cette conclusion flamboyante. Excalibur III est, selon son auteur, l’album le plus riche et le plus  abouti de la trilogie. Il remontera aux origines du mythe, retraçant les migrations des premiers clans de Celtes, de l’Altaï à l’Armorique. Excalibur, du moins sa forme primitive, se retrouvera entre les mains d’un jeune chef de clan, Dun Aëngus, à qui il arrivera mille péripéties.

    Le site de musiques du monde Rythmes Croisés en parle bien mieux que moi. Voici leur présentation de ce dernier opus:

     » Une vingtaine de titres originaux interprétés par une pléiade de légendes folk-rock, membres fondateurs de groupes mythiques: Clannad, Runrig, Fairport Convention, Fleetwood Mac, John Helliwell from Supertramp, Jethro Tull, Les Holroyd from Barclay James Harvest, The Silencers, Dun Aengus, Lunasa, The Pentangle, Didier Lockwood, James Wood, le choeur baroque italien I Batti Becchi, mais aussi de jeunes artistes bretons dont le groupe Skilda, le guitariste Pat O’May, la harpiste Cécile Corbel…

    Excalibur III The Origins est le fruit d’une longue gestation et de quatre années d’écriture. Avec cet effort conséquent, Alan SIMON souhaite offrir une conclusion digne de ce nom à sa célèbre saga musicale. S’appuyant sur les découvertes faites récemment par les archéologues, les 20 titres de cet opus retracent l’odyssée historique des premiers clans celtes il y a plus de 3000 ans!

    Doté d’orchestrations folk rock délirantes soutenues par les 120 musiciens de l’orchestre symphonique de Budapest placé sous la direction de l’américain Lee Holdridge, Excalibur III The Origins s’annonce comme une pure folie musicale avec une moyenne de 160 pistes par titre qui nécessita pas moins de neuf mois de mixage. Ce final haut en couleurs a été enregistré durant trois années dans huit pays et par plus de 300 musiciens ».

    Voici d’ores et déjà la track-list de cet ultime opus. N’ayant pas encore acheté le disque (mais, en tant que grande admiratrice d’Alan Simon et de ses projets, ça ne saurait tarder…), je ne sais pas qui chante quoi, à un ou de titres près. Mais bon, voici la track-list:

1. The Origins Part. I

2. Saman

3. Tamlah

4. Evil Day

5. Iron Age

6. Motherland

7. Skye

8. Beltaine

9. Incantations

10. The Promise

11. The Legend of Oisin

12. The Origins Part. II

13. Fame and Glory

14. Fir Mhor

15. Sacred Lands

16. Roma

17. The Lost Season

18. Dun Aengus

    Et qu’on se le dise: la trilogie discographique s’achève, mais l’aventure Excalibur n’est pas encore terminée. Le 14 juillet prochain, un concert géant aura lieu à Paimpont, en lisière de Brocéliande, avec une grande partie des interprètes de la trilogie Excalibur. C’est bon à savoir…

    Voici le joli teaser du troisième opus, réalisé par l’ami Konan Mevel himself:

      Image de prévisualisation YouTube

 

    www.simonalan.com

    www.excaliburtrilogy.com

 



Groupe Div'Har |
Gospel Motion......... |
sean't production |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Vie de musique et de paroles
| ELITE 1
| sandrineramirezvoice